Vous connaissez peut-être la banque mobile N26. Mais savez-vous d'où vient son nom ? Indice : il fait référence à un casse-tête très célèbre.

L’avenir de la banque sera-t-il mobile ? C’est ce que semble suggérer l’effervescence que l’on peut observer depuis quelques années, avec la multiplication d’acteurs sur ce segment, qu’ils soient autonomes ou adossés à de grands groupes. Certaines marques vous sont d’ailleurs peut-être familières : Revolut, Orange Bank, Nickel, C-Zam, Monese ou encore N26.

Il n’est pas question ici de comparer les atouts et les manques de toutes ces néobanques (si vous cherchez un comparateur des meilleures banques en ligne ou banques mobiles, nous vous invitons à consulter le guide écrit par nos confrères de Frandroid), mais plutôt de se focaliser sur l’origin story de l’une d’entre elles — et par la suite, sans doute celles des autres –, en l’occurrence N26.

Un clin d’œil au Rubik’s Cube

Car l’origine de son nom n’est pas banale : avant de s’appeler N26, en juillet 2016 à la faveur d’une refonte de son identité de marque, la banque mobile allemande fondée en 2013 par Maximilian Tayenthal et Valentin Stalf s’appelait Number 26. Et ce nom est directement inspiré des… cubes du Rubik’s Cube, ce très célèbre casse-tête dont le but du jeu est que chaque face du cube soit d’une seule couleur.

C’est la confidence faite par Valentin Stalf en 2016, reprise par The Good Life : « C’est le nombre de petits cubes d’un Rubik’s Cube qui, à première vue, est difficile à manipuler. Mais quand on a le truc, cela prend quelques secondes. Les services bancaires, c’est pareil ». Pour un novice, la résolution d’un Rubik’s Cube peut être très difficile, voire impossible, alors qu’un expert y arrive en quelques mouvements. Et on ne parle même pas des robots.

rubiks cube
Dans le genre association improbable, N26 a fait fort avec sa référence au Rubik’s Cube. // Source : Karlo Pušić

On peut faire remarquer que le Rubik’s Cube standard n’est pas composé de 26 cubes, mais de 27, puisqu’il y a trois couches de neuf cubes à chaque fois. En pratique toutefois, le cube central est hors d’atteinte. Et parmi les 26 qui sont visibles, car ils se trouvent à l’extérieur, seuls 20 blocs peuvent être déplacés. Les 6 autres sont fixes et indiquent de fait la couleur de la surface à compléter.

Le Rubik’s Cube a donné lieu à une ribambelle d’autres modèles. À partir sa forme de base dite 3x3x3, d’autres modèles ont été inventés : les plus courants sont le Pocket Cube (2×2×2), le Rubik’s Revenge (4×4×4) et le Professor’s Cube (5×5×5). Mais on trouve aussi des formats exotiques, comme ce modèle 33x33x33, voire si complexes qu’ils ne sont que virtuels (1000x1000x1000).

La référence au Rubik’s Cube n’apparaît pas sur le site officiel de N26. En revanche, sur son blog, ce nom a parfois donné lieu à une certaine créativité marketing. Ainsi, en juin 2019, la société a imaginé que N26 pouvait aussi être compris comme les 26 lettres de l’alphabet latin… et que, pour chacune d’entre elles, il y avait une bonne raison de souscrire à une offre chez lui. Habile.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo