Avec sa troisième extension sortie en juillet dernier, l’univers de Final Fantasy XIV ne cesse de se développer. Il n’a aujourd’hui rien à envier aux autres épisodes de la licence qu’il côtoie.

Actuellement à moitié prix dans sa version complète, Final Fantasy XIV accueille en ce moment de nombreux anciens et nouveaux joueurs. Après la sortie de sa troisième extension, le jeu en ligne de Square-Enix est désormais l’un des MMO les plus aboutis du moment.

Gaius von Baelsar est l’antagoniste principal de la première partie de votre aventure, et sa question est pertinente.

Pas de repos pour les braves

Dans Final Fantasy XIV, vous incarnez un Guerrier de la Lumière dont le but est de sauver  le monde de Hyadelyn. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le repos ne fait plus partie de ses habitudes depuis quelque temps déjà. Entre guerres civiles, invasions de dragons et lutte des classes, son emploi du temps était déjà très chargé ces dernières années. Ses péripéties l’ont poussé à explorer une dizaine de régions différentes, et à affronter des divinités toujours plus impressionnantes comme Shiva, Ramuh, ou encore Titania.

Au sein du 13e reflet, univers dans lequel se déroule la dernière extension, les divinités laissent place à l’incarnation même d’émotions et autres traits propres à l’humain. Ici, c’est l’Innocence qui nous baigne de sa lumière.

Dans Shadowbringers, vous endossez le rôle de Guerrier des Ténèbres pour sauver le reflet de votre monde, mettant fin au règne de la lumière instauré depuis bien 100 ans.

Les Androïdes rêvent-ils de gros dragons ?

Pour varier son expérience de jeu Final Fantasy XIV n’hésite pas à faire appel à de prestigieux invités. L’extension Stormblood s’amusait ainsi à faire la part belle à Final Fantasy VI, intégrant des boss emblématiques comme Kefka ou le Train Fantôme. Même le Royaume de Doma a fait son retour, de nouveau en proie à un empire maléfique, 25 ans après.

NieR est au coeur de la série de raids qui arrivent petit à petit une fois la dernière extension terminée.

Et pas question de s’arrêter aux épisodes précédents de la licence Final Fantasy. Des jeux comme Monster Hunter World ou Yokai Watch ont eux aussi eu l’occasion d’être sous les projecteurs. Des univers parfois éloignés de la licence Final Fantasy qui ont le bon goût de ne pas briser l’immersion. Ces événements s’inscrivent dans votre aventure et peuvent avoir un impact sur l’Histoire de Hydaelyn.

« Il n’y a pas de sot métier »

Tout le monde sait se rendre utile en Eorzéa. Les Samouraïs et les Mages Noirs sont là pour taper fort. Les Paladins et les Pistosabreurs encaissent les coups. Heureusement, les Érudits et les Mages Blancs sont là pour panser les plaies. Et il y a encore douze classes supplémentaires à découvrir.

De solides bases en couture permettent de fabriquer de belles armures, de quoi se remplir les poches de gils à la revente.

Fort heureusement, le monde de Hydaelyn connaît aussi des temps de paix. Ces moments de calme sont parfaits pour vous faire une place dans le monde de l’artisanat. Un forgeron incarné par un joueur a par exemple besoin des matériaux récoltés par un joueur-mineur. Avec pour conséquence que les synergies entre les différents métiers créent une économie propre à chaque serveur, permettant à n’importe qui de se spécialiser dans un domaine bien précis. Fabriquez votre propre équipement, préparez vos petits plats en avance, et vous serez à la fois riche, et inarrêtable.

L’art de la guerre

Fort de ses 18 classes de combat (pour autant de gameplays différents), Final Fantasy XIV fait fi de la répétitivité grâce à la possibilité de changer de rôle en deux clics. On pense maîtriser son rôle jusqu’au déblocage d’une nouvelle compétence, et tout est chamboulé. Pour peu qu’on change de classe régulièrement, impossible d’avoir deux combats qui se déroulent de la même façon. Une fois le niveau maximum atteint, votre arsenal de coups devra être utilisé correctement pour faire face aux boss les plus tenaces. Et pour faire vos preuves, rien de mieux que les versions Extrêmes des adversaires déjà affrontés, qui rapportent plus d’expérience et du loot plus intéressant.

Les habitués apprécieront la remise au goût du jour des tenues emblématiques liées à leur classe.

Pas de héros sans auditoire

Dans un jeu aussi vaste, il fait toujours bon d’être bien entouré. Que ce soit en jouant avec des amis, ou en intégrant une Compagnie Libre (les fameuses guildes), les avantages sont nombreux. Moins d’attente pour rentrer dans un donjon, un bonus d’expérience, et une communication facilitée entre membres d’une équipe. Et pour ne pas faire de jaloux, les joueurs PS4, PC et Mac sont tous logés sur les mêmes serveurs. Si vous avez une PS4, vous pourrez alors jouer et communiquer avec vos amis qui ont le jeu sur PC ou Mac.

Mieux vaut être bien coordonné face à des adversaires coriaces.

Final Fantasy XIV profite d’une communauté bienveillante et rassurante pour le nouveau venu. Pas question ici de se faire houspiller dès la moindre erreur dans un univers où tout le monde a le même objectif. Certains aventuriers arborent même une marque spéciale à côté de leur nom pour indiquer qu’ils sont là pour aider. Vous ne vous ferez pas agresser par une meute de joueurs PvP en sortant de votre première ville.

One Man Army

Vous ne voulez pas vous encombrer d’autres joueurs ? En dehors des donjons et des défis à faire en groupe, tout peut se régler en solo. Après tout, c’est votre histoire. Du début à la fin, un joueur seul se débrouillera sans trop de soucis tout aussi bien qu’un membre d’une guilde. Si en plus celui-ci jongle entre différents rôles, toutes les portes lui seront ouvertes, et sauver le monde ne sera plus qu’une question de temps.

Cette volonté de permettre de faire le jeu seul, Final Fantasy XIV l’a poussé encore plus loin avec lors de sa dernière extension, Shadowbringers. Celle-ci a introduit un système d’adjuration, permettant de faire les donjons de l’extension uniquement accompagnés par des PNJ.

La version complète de Final Fantasy XIV à moitié prix actuellement

Si l’évasion à Hydaelyn vous attire, la version d’essai gratuite de Final Fantasy XIV est disponible à tout moment, que ce soit sur PlayStation 4, PC ou Mac. Celle-ci permet de tester toutes les classes disponibles du jeu (sans les extensions) et ce sans limite de temps jusqu’au niveau 35. Cela inclut donc bon nombre de donjons, les combats contre Ifrit et Titan et l’exploration de 4 régions différentes.

Si vous désirez vous lancer directement dans l’aventure sans restrictions, c’est le moment de profiter de l’offre actuelle proposée par Square Enix. La Complete Edition, se retrouve donc à partir 19,99 euros sur PC, Mac et PS4. Sont inclus le jeu de base avec 30 jours d’abonnement, ainsi que ses trois extensions : Heavensward, Stormblood et Shadowbringers. Et à partir de là, libre à vous d’incarner la race que vous souhaitez et de finir Mage Rouge, Danseur ou encore Astromancien, avant d’attaquer le prochain patch.

L’arme Rubis de Final Fantasy VII a fait son apparition suite au dernier patch en février.

Alors que vous soyez fans de la licence depuis ses débuts, adepte de MMO ou tout simplement à la recherche d’un nouveau jeu, Final Fantasy XIV a de quoi vous plaire. Il ne tient qu’à vous de décider du rôle que vous allez tenir en Eorzéa !

Partager sur les réseaux sociaux