La Wi-Fi Alliance annonce une nouvelle norme pour le célèbre protocole de connexion sans fil : le Wi-Fi 6E. Voici trois questions pour tout comprendre à cette norme.

Qu’est-ce que le Wi-Fi 6E ?

Vous connaissez peut-être les anciennes appellations des normes Wi-Fi : elles sont  assez absconses : 802.11a, 802.11b, 802.11g, 802.11n, 802.11ac et, plus récemment, 802.11ax. Et on ne parle même pas de la ribambelle de normes intermédiaires, qui utilisent ou non des lettres combinées. Fin 2018, la Wi-Fi Alliance, une instance réunissant les industriels fabriquant des systèmes sans fil, a toutefois décidé simplifier les choses.

La Wi-Fi Alliance simplifie les choses avec des dénominations faciles à comprendre.

Les principales évolutions du Wi-Fi sont désormais identifiées par des noms plus simples à retenir et à comparer pour le public : elles vont du Wi-Fi 1 (802.11a, sortie en 1999) à 6 (802.11ax, certifiée en 2019). C’est donc sur cette base qu’a été forgée une toute nouvelle norme, appelée Wi-Fi 6E. Pourquoi « E » ? Parce que la Wi-Fi Alliance veut un nom qui puisse distinguer les appareils capables de fonctionner sur la bande 6 GHz.

Car c’est là la particularité du Wi-Fi 6E : il se déploie sur une troisième portion du spectre radioélectrique. Jusqu’à présent, en Europe notamment, deux sections sont ouvertes au Wi-Fi : la bande dite 2,4 GHz (qui s’étend en fait de 2 400 à 2 483,5 MHz) et la bande dite de 5 GHz (qui va de 5 150 à 5 350 MHz, ainsi que de 5 470 à 5 725 MHz). En tout, le Wi-Fi a donc accès à 538,5 MHz du spectre.

Pourquoi aller sur le 6 GHz ?

Il est possible d’identifier trois grandes raisons, synthétisées par l’Agence nationale des fréquences.

  • D’abord, la situation actuelle n’est pas optimale. Dans la bande 5 GHz, le Wi-Fi est soumis à des contraintes de partage, car ce protocole de communication n’est pas le seul à s’y trouver. Ainsi, l’équipement Wi-Fi doit « écouter la bande avant d’émettre et à changer de canal lorsqu’il détecte un signal radar ».
wifi-wi-fi-reseau-connexion-liaison-sans-fil
Le Wi-Fi doit partager les fréquences avec d’autres usages. // Source : Josh Zakary
  • La deuxième raison est provoquée par la montée en puissance des réseaux. Ainsi, si la fibre optique permet d’atteindre des débits jusqu’à 1 Gbit/s, la connexion sans fil peut ne pas être en mesure de suivre, simplement parce que « la ressource est partagée entre tous les utilisateurs WiFi ». Dans une zone dense, il y a des dizaines de réseaux en jeu, avec chacun ayant plusieurs internautes. Pour suivre, il faut élargir les canaux Wi-Fi.
  • Enfin, la troisième explication tient au fait que les autres portions dans la bande 5 GHz (à savoir 5 350-5 470 MHz et au-delà de 5 725 MHz) ne conviennent pas. Il y a des risques de brouillage pour des satellites d’exploration de la Terre. Il serait toujours possible d’imposer une écoute de la bande avant l’émission d’un signal, mais cela « ne permettrait pas le bon fonctionnement du Wi-Fi », souligne l’agence.

Quel intérêt pour le particulier ?

Le Wi-Fi 6E doit permettre de résoudre, en partie du moins, les différentes problématiques évoquées précédemment. En partie, car la bande 6 GHz n’est pas complètement libre. Elle sert déjà largement, de la signalisation ferroviaire pour les trains urbains et de banlieue aux faisceaux hertziens, en passant par le service fixe par satellite ou la radioastronomie. Il faut donc s’y insérer sans nuire aux autres usages.

fibre optique
À l’heure de la fibre optique, il faut que les connexions sans fil puissent suivre. // Source : arnybo

Dans son communiqué, la Wi-Fi Alliance évoquait déjà pour le Wi-Fi 6 « des performances supérieures, une latence réduite et des débits de données plus rapides ». Le Wi-Fi 6E doit permettre aux appareils compatibles d’exploiter des canaux plus larges, notamment pour « offrir de meilleures performances réseau et prendre en charge plus d’utilisateurs Wi-Fi à la fois, même dans des environnements très denses et encombrés ».

Parmi les usages qui sont évoqués figurent la réalité virtuelle et la réalité augmentée, qui pourrait bénéficier d’une latence réduite, notamment dans un contexte professionnel. « Les environnements industriels devraient également connaître une forte adoption du Wi-Fi 6E pour la fourniture d’applications telles que l’analyse des machines, la maintenance à distance ou la formation virtuelle des employés », avance l’alliance.

Partager sur les réseaux sociaux