Marketing ou véritable innovation dans le monde de l'audio ? Les annonces de Sony autour de son 360 Reality Audio ne permettent pas encore de l'affirmer.

Avec son Walkman, Sony a révolutionné la musique — et notamment la manière dont on l’écoute. Le géant japonais a d’ailleurs une place spéciale dans l’industrie du divertissement et de la tech, cumulant à la fois la production d’artistes et la création d’appareils pour les écouter, de l’entrée de gamme au très haut de gamme. C’est avec cette double expertise que Sony a dévoilé un nouveau format audio, nommé Sony 360 Reality Audio.

Révolution ou marketing ?

Derrière ce terme marketing, la promesse est simple : simuler un son enveloppant la personne qui écoute, avec pour ambition de reconstituer une expérience live. En pratique, Sony doit remixer tous les morceaux qu’il compte porter sur ce format afin de donner de nouvelles « instructions  » aux lecteurs compatibles pour décoder les pistes. Le constructeur affirme avoir enregistré 1 000 morceaux pour l’instant — cela montre l’ampleur de la tâche, dans laquelle Sony sera rejoint par les majors Universal, Warner et Live Nation.

Et les problèmes ne sont pas terminés : au-delà du fichier, il faut bien entendu une installation compatible. Dans la confidence du CES de 2019, Ulrich Rozier a pu essayer le format dans une salle adaptée, équipée par une installation avec une dizaine d’enceintes. Aujourd’hui, Sony annonce plusieurs partenariats avec Amazon Music, Deezer, Tidal et nugs.net. Le constructeur est donc privé des deux gros porteurs du streaming audio pour son format que sont Spotify et Apple Music.

Les excellents écouteurs sans fil Sony WF-1000XM3 seront-ils compatibles ? // Source : Numerama

Mais au-delà de la diffusion du format, Sony doit aussi faire installer un décodeur dans le matériel. C’est tout l’objet du partenariat avec Amazon Music, puisque le géant américain a également mis à contribution sa récente enceinte haut de gamme, Echo Studio. Elle a été annoncée compatible avec le format Reality Audio 360 de Sony.

Si cela rassure pour l’accessibilité grand public du format, les puristes de l’audio ne manqueront pas de remarquer que les prétentions haut de gamme et premium de Sony se prennent un premier mur : malgré toute la bonne volonté des constructeurs, la spatialisation simulée n’est jamais aussi complète qu’une spatialisation matérielle. Mettre en avant une enceinte unique pour un son à 360 degrés pourrait faire croire à une opération de comm’, même si le format finit par s’avérer excellent. Il ne faut pas rêver : on ne retrouvera pas sur une enceinte à 199 € un son aussi incroyable que celui d’une salle équipée, conçue pour l’écoute à 360 degrés.

Le problème du mobile

Côté mobilité, Sony est beaucoup plus évasif. Dans un communiqué, la firme évoque « les casques de plusieurs constructeurs  » et que certains casques Sony permettront de simuler cet effet 360. Pour distinguer le discours de la réalité, il faudra attendre la fin de l’automne : c’est le moment choisi par Sony pour mettre son format à la disposition du grand public.

Partager sur les réseaux sociaux