Google Stadia n'est plus un concept. En juin 2019, Google a précisé la nature de son service de jeu vidéo dans le cloud. Pour tout comprendre à Stadia, suivez le guide.

Le 6 juin, juste avant l’édition 2019 de l’E3, Google a détaillé son projet Stadia. Le géant américain se lance bel et bien dans la bataille du cloud gaming, sur les traces de Nvidia et des Français de Shadow. Avec une promesse qui pourrait se résumer en quelques mots : simplicité d’usage, multiplateforme et profondément novateur. Ni un Netflix du jeu vidéo, ni une console, ni un iTunes des gamers, Stadia (site officiel) est un concept qui mélange plusieurs approches. Cette FAQ répond à toutes les questions que vous pourriez vous poser.

Stadia, c’est quoi ?

Un service de cloud gaming proposé par Google, permettant de jouer à des jeux récents en qualité maximale sur n’importe quel appareil, du moment que la connexion à Internet est suffisante. En effet, les calculs sont faits sur les serveurs de Google et non sur le périphérique. En ce sens, il s’approche de GeForce Now de Nvidia et de Shadow.

Combien ça coûte ?

Google propose trois formules pour Stadia.

Stadia Base

  • Gratuit
  • Jeux payants à l’unité
  • 1080p à 60 images par seconde maximum
  • Son stéréo

Stadia Pro

  • 9,99 € par mois
  • Jeux payants à l’unité, jeux gratuits ajoutés tous les mois et promotions sur les jeux
  • 4K à 60 images par seconde maximum
  • Son 5.1

Stadia Founders

  • 129 €
  • 3 mois de Stadia Pro offerts
  • 3 mois de Stadia Pro offerts à un ami
  • Un gamepad Stadia
  • Un Chromecast Ultra
  • Destiny 2 et toutes ses extensions
  • La possibilité de réserver son nom de joueur en avance

Seule la Founders Edition est en précommande.

Ai-je besoin d’une grosse connexion à Internet ?

Google affirme que Stadia est compatible dès les connexions à 10 Mb/s, ce qui est atteignable avec de l’ADSL. Pour jouer en 4K HDR à 60 images par seconde, il faudra compter sur une connexion à 35 Mb/s — soit un bon VDSL, du câble ou de la fibre optique.

En pratique, la latence est aussi importante que le débit et il faudra voir à quel point Stadia est bon de ce côté-là : rien de pire dans un jeu vidéo que d’appuyer sur un bouton et de voir les actions s’effectuer en décalage.

Vous pouvez faire un test de connexion ici.

Est-ce que ce sera disponible en France ?

Eh oui ! C’est peut-être l’une des grosses surprises : Google n’a pas oublié la France cette fois, qui fait partie de la quinzaine de pays ayant le droit de jouer avec Stadia dès son lancement. Côté francophonie, Canada et Belgique sont aussi de la partie.

D’ailleurs, ça sort quand ?

À la fin de l’année 2019.

Quels sont les jeux compatibles ?

C’est un peu le problème : Stadia étant tout récent, il va falloir convaincre des développeurs de participer à l’aventure. Google a ouvert une entreprise interne dédiée à cette activité — le studio s’occupera également de développer des jeux originaux. Pour l’heure, Google a annoncé quelques titres.

  • Baldur’s Gate 3
  • Le prochain Ghost Recon
  • Get Packed, un Overcooked du déménagement
  • The Division 2
  • Gylt, un jeu d’horreur et d’infiltration
  • Destiny 2

La page Stadia dédiée aux jeux mentionne d’autres titres :

  • DRAGON BALL XENOVERSE 2
  • DOOM Eternal
  • Wolfenstein : Youngblood
  • Power Rangers : Battle For The Grid
  • Metro Exodus
  • Thumper
  • GRID
  • SAMURAI SHODOWN
  • Football Manager 2020
  • The Elder Scrolls Online
  • The Crew 2
  • Assassin’s Creed Odyssey
  • Trials Rising
  • Borderlands 3
  • Farming Simulator 19
  • Mortal Kombat 11
  • Rage 2
  • FINAL FANTASY XV
  • Tomb Raider Trilogy
  • Darksiders Genesis
  • Just Dance 2020

On pourra compter sur des annonces d’ici la sortie de Stadia et on espère que la plateforme aura un catalogue de jeux indépendants, ce qui a fait une partie du succès de la Nintendo Switch. Néanmoins, sortir une console en ligne avec autant de titre est déjà une belle réussite.

J’ai besoin de quoi pour faire tourner Stadia ?

Google dit : « un écran ». Dans les faits, c’est un peu moins large. Il faut une manette compatible (visiblement tous les pads le sont, Xbox et Playstation inclus) ou un duo clavier / souris. Côté récepteur, il faut un Chromecast Ultra pour un téléviseur, un ordinateur capable de lancer Chrome ou un Pixel 3 / Pixel 3 XL / Pixel 3a, les trois smartphones qui seront capables de faire tourner Stadia au lancement.

Il y a-t-il une intégration avec YouTube ?

Oui. Un bouton vous permettra de streamer vos parties directement sur YouTube. On imagine qu’à terme, Google va faire de YouTube l’un des composants de Stadia : il avait été annoncé qu’un spectateur pourrait rejoindre la partie d’un streamer en cliquant sur un simple bouton.

Quelle est la différence avec Shadow, qui coûte bien plus cher ?

Contrairement à Shadow, Google Stadia n’est pas un PC complet dans le cloud. Google imagine que tout puisse être lancé depuis un bouton dans Chrome, comme une sorte d’écran d’accueil de console. Les Français ont la polyvalence, Google a la simplicité d’usage.

Partager sur les réseaux sociaux