Huawei sera privé d'Android à cause du gouvernement Trump. Mais également de Windows 10.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est montée en intensité en début de semaine, quand Huawei a été mis sur une liste d’entités par le gouvernement américain. La présence sur cette liste empêche Huawei d’établir des relations commerciales avec des entreprises américaines sans l’accord du gouvernement. Et si la presse a rapidement obtenu des informations sur le cas Google, qui ne pourra plus accorder la licence d’Android à Huawei, Microsoft est resté silencieux. Le géant de Redmond n’a pas commenté l’affaire, mais Huawei a pris les devants lors d’un entretien avec le magazine The Information.

Dans cet échange mené sur WeChat, Richard Yu, qui dirige pour Huawei toute la branche dédiée aux produits grand public, a affirmé qu’il ne « comprenait pas cette décision qui prive Huawei de Microsoft Windows, Google Android et des produits Intel  ». On comprend par là, que, même sans déclaration officielle de Microsoft, le même traitement que celui opéré par Google sera réservé à Huawei.

L’entreprise chinoise est moins connue pour ses activités dans l’informatique grand public que pour ses activités liées aux télécommunications, mais elle conçoit depuis quelques années une gamme Matebook sous Windows qui n’a pas à rougir devant les Surface de Microsoft. Les Matebook, déclinés en version E, X ou X Pro selon les gammes, font partie des meilleurs ordinateurs portables sous Windows disponibles sur le marché. Entre la finesse, la puissance, la qualité de l’écran et les finition premium, il s’agit d’ordinateurs qu’on ne peut que recommander — ce sont eux que nous achetons, d’ailleurs, pour les rédactions du groupe Humanoid.

Si les détails de cette interdiction de licence ne sont pas encore connus, on peut imaginer les mêmes spécificités qu’avec Google : Microsoft n’ayant pas le droit de travailler avec Huawei, le géant ne peut plus lui fournir Windows 10, ses mises à jour et ses licences. Et si on peut concevoir un futur où Huawei s’émancipe de Google pour proposer une version de son système d’exploitation mobile basée sur Android AOSP, on ne voit pas vraiment le géant proposer ses Matebook sous Linux.

Pour rappel, le gouvernement américain a donné 3 mois à Huawei pour se retourner.

Partager sur les réseaux sociaux