Richard Branson souhaite faire du train à grande vitesse une réalité aux États-Unis. Un projet qui doit permettre aux citoyens de redéfinir leur mobilité en profondeur.

En 1964, le Japon a inauguré son premier train à grande vitesse, nommé Shinkansen, ouvrant un nouveau chapitre dans l’histoire des transports en commun. Dès les années 1960, la France se met à réfléchir au concept du TGV, mais il faudra attendre le mois de septembre 1981 pour que le service soit ouvert au public, entre Paris et Lyon. Et dans cette course à l’innovation sur rails, les États-Unis sont restés en retrait, pour de nombreuses raisons : l’immensité du territoire, la préférence nationale qui va à la voiture et le coût de telles infrastructures pour des entreprises privées qui n’ont pas le soutien des états, sans parler de la maintenance.

Fin décembre 2018 pourtant, Richard Branson, patron de Virgin, pourrait donner un coup d’accélérateur aux projets de l’entreprise Brightline Train. D’après CNN, Virgin Group est entré au capital de l’entreprise comme actionnaire majoritaire, la renommant au passage Virgin Train USA. Brightline s’est pour l’instant concentré sur la Floride et sur de courts trajets, reliant par exemple Miami à Fort Lauderdale (50 km) ou West Palm Beach (120 km) à une vitesse maximale de 201 km/h sur certaines portions du trajet. On est loin de la vitesse moyenne d’un TGV, qui est de 320 km/h.

Redéfinir la mobilité américaine

Un train Brightline // Source : Wikipedia

Pour Richard Branson, ce moyen de transport est une évidence et d’après lui, les États-Unis ont échoué depuis 10 ans à mettre en place une infrastructure qui répondrait aux exigences des clients. Et son grand projet pour Virgin Train USA est très symbolique : en plus de délocaliser l’activité de Brightline sur la côte ouest, Branson souhaite relier Los Angeles à Las Vegas, soit un trajet de 430 km qui se fait aujourd’hui principalement par la route ou par les airs. Ce faisant, Virgin Train permettrait de relier la ville des congrès (avec ses hôtels et ses grandes salles, Las Vegas est loin d’être uniquement une cité de jeux) à la grande métropole de l’ouest américain — et notamment son aéroport.

Le choix du train à grande vitesse, technologie de transport éprouvée, pourrait étonner venant d’un milliardaire qui s’affronte avec Jeff Bezos et Elon Musk dans la course à l’espace. Mais avec cet investissement, Branson se met à l’abri des critiques que l’on peut adresser à l’encontre des Loop et Hyperloop d’Elon Musk et tente de résoudre un véritable problème de déplacement. Cela dit, on se souvient aussi que Virgin s’est déjà trompé dans le secteur des transports avec sa compagnie aérienne qui a mis la clef sous la porte. Elle opérait d’ailleurs des vols entre Las Vegas et Los Angeles. Une revanche ?

 

Crédit photo de la une : Gilberto Cardenas

Partager sur les réseaux sociaux