Xiaolang Zhang, qui travaillait sur le projet de voiture autonome chez Apple, a été épinglé par le FBI, sur fond d'espionnage industriel.

Tesla n’est pas le seul à faire face à d’anciens employés désireux de partager des secrets industriels. Ainsi, le FBI a procédé à l’arrestation sans heurt d’un dénommé Xiaolang Zhang tandis qu’il s’apprêtait à quitter les États-Unis direction la Chine selon les informations publiées par Mercury News le 10 juillet 2018.

Cet ancien ingénieur, qui officiait au sein du département affilié à la conduite autonome chez Apple (le fameux projet Titan), était en possession de données sensibles. Des données qu’il aurait volées en vue de postuler au sein de XMotors, start-up chinoise spécialisée dans les voitures électriques intelligentes et notamment financée par le géant de la tech Alibaba.

L’ingénieur a plaidé coupable

Xiaolang Zhang pourra difficilement contester les charges qui pèsent contre lui. Après avoir rejoint la firme de Cupertino en 2015, l’intéressé a pris un congé parental en avril 2018, avant d’annoncer sa démission dès son retour pour rejoindre sa mère malade en Chine et travailler pour XMotors. Deux raisons qu’il a communiquées à ses managers.

Toutefois, après qu’il a rendu les appareils fournis par Apple dans le cadre de son emploi (deux iPhone et un ordinateur), l’équipe en charge de la sécurité a découvert que son activité réseau avait augmenté de manière exponentielle ces derniers mois. Avant de quitter Apple, il en a donc profité pour télécharger des pages d’informations contenues dans des bases de données confidentielles auxquelles il avait accès. Il a admis les avoir envoyées vers le laptop de sa femme. Examiné par les autorités, l’appareil contient 60 % de datas compromettantes.

En prime, un enregistrement vidéo du 28 avril le montre en train de sortir d’un labo avec un ordinateur, quelques câbles et une grande boîte. Là aussi, Xiaolang Zhang, normalement en congés à cette date, a plaidé coupable. Il risque une amende de 250 000 dollars et jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. 

Interrogé sur cette affaire, Apple s’est contenté de rappeler qu’il mettait un point d’honneur à protéger sa propriété intellectuelle et que les mesures nécessaires seront prises à l’encontre de l’accusé et d’éventuels complices.

Partager sur les réseaux sociaux