Comme Tesla et son Autopilote, Ford veut son terme marketing pour rassurer ses clients sur ses assistantes à la conduite. Voici donc le Co-Pilot360, qui n'en est pas vraiment un.

Alors que Tesla a son Autopilote, Ford a désormais son Co-Pilot360. Un terme marketing un peu excessif permettant au constructeur américain de regrouper plusieurs assistances à la conduite sous un même nom. Reposant sur des capteurs et des caméras, elles seront de série à compter de 2020 et peuvent dès lors s’apparenter aux balbutiements de la conduite autonome, technologie que développe Ford en parallèle. Pour autant, le Co-Pilot360 n’est pas aussi avancé que le nom pourrait le faire croire.

Ford mise sur la sécurité

Ford en parle pourtant comme «  l’éventail le plus avancé de technologies d’aide à la conduite  ». Co-Pilot360 s’articule plus concrètement autour d’une caméra arrière, d’un système d’alerte pour les angles morts (installé sur les rétroviseurs extérieurs), d’un maintien de la trajectoire en ligne droite et d’un freinage automatique d’urgence (avec détection des piétons) — sans oublier les feux automatiques. Comme on peut le constater, nous ne sommes pas encore dans la conduite semi-autonome — ce que propose Tesla avec Autopilote — mais dans la mise en place de futurs standards pour rendre les trajets plus agréables et moins stressants. Une première étape avant l’abandon total du volant, même si on s’étonnera de voir que Ford n’inclut pas le régulateur de vitesse adaptatif dans son Co-Pilot360.

En réalité, le régulateur de vitesse sera intégré dans une version plus haut de gamme  du Co-Pilot360, aux côtés d’une aide à la direction et d’un freinage après collision. « Bien que nos voitures soient plus sécurisées que jamais, les conducteurs nous disent qu’ils sont toujours stressés à l’idée d’avoir un accident. C’est la raison pour laquelle nous rendons ces technologies essentielles accessibles à des millions de gens chaque année », souligne Jim Farley, président de Ford.

Partager sur les réseaux sociaux