Le carnet de commandes du Tesla Semi n'en finit plus de se remplir. Les grosses entreprises se bousculent pour intégrer le camion 100 % électrique à leur flotte.

Tesla est en train de transformer l’essai avec son camion 100 % électrique, dévoilé avec quelques semaines de retard sans réelle conséquence sur le carnet de commandes. En effet, depuis sa présentation, le Tesla Semi se vend comme des petits pains. Tout récemment, c’est le géant Bee’ah, société environnementale des Émirats arabes unis, qui a officialisé l’achat de cinquante poids lourds conçus par le constructeur américain. Les véhicules seront chargés de collecter et transporter des déchets.

Cette annonce est la suite logique d’une autre : l’installation de la technologie Tesla Powerpack dans leur maison-mère située à Charjah et actuellement en construction. Grâce à elle, l’énergie solaire sera stockée pour alimenter le bâtiment et tout excès sera redistribué dans le réseau électrique de la ville pour une efficience maximum.

Le carnet de commandes est bien rempli

L’acquisition de Tesla Semi de la part d’une entreprise comme Bee’ah n’a rien de surprenant. Un point souligné par le CEO Khaled Al Huraimel, «  compte tenu de notre statut de porte-étendard de la responsabilité environnementale, la décision de Bee’ah de faire rouler la plus grosse flotte de Tesla Semi dans la région est une étape importante pour notre évolution opérationnelle. Le développement durable est au cœur de notre activité et se répercute à tous les niveaux de notre organisation  ». Il est vrai que l’on peut difficilement faire plus green que le transport de déchet par des véhicules 100 % électriques.

Avec cette stratégie, Bee’ah entend montrer «  aux autres la valeur et l’importance de trouver des manières plus viables de réaliser des objectifs pour le bien des différentes communautés  ». Elle rapportera aussi entre 7,5 et 10 millions de dollars à Tesla, qui avait déjà enregistré de grosses commandes de la part de Pepsico (100 camions), UPS (125) ou encore Anheuser-Busch (40). Le tout en sachant que certaines entreprises n’ont pas encore publiquement communiqué sur la leur. Bee’ah avait par exemple craqué pour le Tesla Semi dès le mois de novembre, mais ne l’a annoncé que maintenant. Dès lors, on peut penser que les volumes sont encore plus élevés.

Partager sur les réseaux sociaux