Tesla a dévoilé son Semi, un camion 100 % électrique au design rompant avec ce que l'on a l'habitude de voir sur ce marché très particuliers.

Alors qu’il éprouve des difficultés avec la production de sa Model 3, Tesla a, comme prévu, levé le voile sur son tout premier camion 100 % électrique. Un véhicule qui se sera fait désirer eu égard aux retards subis par le constructeur américain et alors que la concurrence ne s’est pas fait prier pour lui couper l’herbe sous le pied. Mais, qu’à cela ne tienne, le Tesla Semi est désormais une réalité et, sans surprise, il s’agit d’un poids lourds revendiquant l’ADN de Tesla. Soit un camion qui tranche avec ses congénères, et pas seulement du côté de la motorisation.

Un design en forme de rupture

Le Tesla Semi arbore un design futuriste aux lignes épurées, ce qui lui confère un look certes imposant, mais aussi très élégant (sans capot). Avec notamment les quatre moteurs de Model 3 installés sur ses roues, il est capable d’avaler le 0 à 96 km/h en cinq secondes (sans marchandise). Avec une charge maximum, il promet une autonomie atteignant les 800 km (contre le double pour un concurrent thermique) sachant qu’Elon Musk mentionne un mode de recharge éclair : en 30 minutes — soit le temps correspondant à une pause –, la batterie regagnera une bonne partie de sa capacité (plus de 600 km). De toute évidence, Tesla vise d’abord les trajets courts.

Voilà pour les performances, garanties par un centre de gravité plus bas et un gros travail sur l’aérodynamique (il y aura même un modèle avec un package plus racé encore). Mais on retiendra davantage la conception du Tesla Semi, articulée autour d’une cabine pensée pour offrir un maximum de place et de circulation aux routiers.

Le conducteur est donc placé au centre, sur un siège a priori confortable, tandis que deux larges écrans entourent le volant (celui de gauche pour les informations sur le camion, celui de droite pour les divertissements et la navigation) et qu’un passager peut s’asseoir derrière via un siège rabattable. Néanmoins, les ingénieurs ont oublié, pour l’heure, d’offrir un espace pour dormir, un point pourtant très important pour ce type de véhicule, mais qui corrobore la cible visée dans un premier temps.

Le Tesla Semi embarquera, de série, le système Autopilot, lui garantissant quelques fonctionnalités de conduite autonome à l’instar du freinage d’urgence et du maintien de la trajectoire. Elon Musk n’a annoncé aucun prix, mais promet un tarif inférieur à un équivalent diesel. La production devrait commencer dès 2019.

Partager sur les réseaux sociaux