Fondée en 2015 en tant qu’association à but non lucratif, OpenAI (ChatGPT) est aujourd’hui une entreprise à but lucratif plafonné. Sam Altman, son directeur général, pourrait la transformer en une entreprise comme une autre, avec pour objectif de gagner des milliards de dollars.

Quelques jours après avoir annoncé un partenariat historique après Apple, OpenAI pourrait effectuer un changement majeur dans son fonctionnement.

Selon The Information, Sam Altman, le patron de l’entreprise, aurait annoncé à ses actionnaires que la maison mère de ChatGPT pourrait devenir une entreprise « à but lucratif », ce qui renierait sa raison d’être initiale. Dans cette configuration, OpenAI serait libre de faire ce qu’il veut de ses recherches, pour encore plus les monétiser.

D’une association non lucrative à un géant milliardaire de la tech ?

En 2015, quand l’intelligence artificielle générative était loin de ce qu’elle est devenue aujourd’hui, Elon Musk et Sam Altman ont fondé OpenAI pour mener des recherches fondamentales sur l’IA. Il s’agissait d’un laboratoire sous la forme d’une association à but non lucratif, dont la mission principale n’était pas de gagner de l’argent, mais d’étudier l’IA.

Entre 2018 et 2019, face à l’avancée de ses travaux, OpenAI est arrivé à un tournant. Elon Musk rêvait d’intégrer l’entreprise à Tesla (et revendique officiellement avoir voulu protéger son statut non lucratif), Sam Altman souhaitait la faire passer à l’étape supérieure.

En mars 2019, OpenAI est devenue une entreprise à but lucratif plafonné pour attirer des capitaux, un nouveau statut qui lui a permis d’attirer des géants comme Microsoft et de lancer des services payants, comme ChatGPT Plus quelques années plus tard. C’est ce changement qui vaut à OpenAI une détestation totale d’Elon Musk, qui lui fait régulièrement la guerre sur Twitter.

Sam Altman, le patron d'OpenAI, chez Apple le 10 juin 2024. Son entreprise va intégrer ChatGPT aux iPhone.
Sam Altman, le patron d’OpenAI, chez Apple le 10 juin 2024. Son entreprise va intégrer ChatGPT aux iPhone. // Source : Numerama

En 2024, ce statut ne conviendrait plus à Sam Altman. Conscient de l’incroyable potentiel de l’entreprise qu’il dirige, le patron d’OpenAI voit dans la qualification « entreprise à but lucratif plafonné » un obstacle. Son conseil d’administration lui met des bâtons dans les roues (on se rappelle de son licenciement fin 2023, après un désaccord majeur), les investisseurs ne sont pas aussi nombreux qu’espérés et OpenAI, malgré son statut de nouvel incontournable de la Silicon Valley, pourrait gagner beaucoup plus d’argent.

Le souhait de Sam Altman serait de transformer OpenAI en une entreprise à but lucratif, ce qui lui permettrait de constituer un nouveau conseil d’administration favorable à l’idée de gagner de l’argent.

OpenAI, un nouveau GAFAM ?

OpenAI va-t-il devenir un géant de la tech comme un autre ? C’est possible, mais rien n’est encore décidé selon The Information. Quoi qu’il en soit, la mission d’OpenAI est aujourd’hui plus proche de celles de Microsoft, Anthropic ou xAI (Elon Musk), qui veulent, eux aussi, monétiser l’intelligence artificielle.

Les français Mistral et Kyutai, avec leurs recherches open source, s’approchent beaucoup plus de la vision ouverte historique d’OpenAI, qui n’a jamais été aussi fermée qu’aujourd’hui. De quoi mieux comprendre les clivages entre Sam Altman et d’autres cadres d’OpenAI (comme Ilya Sutskever), qui ont quitté l’entreprise sur un désaccord de vision.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !