Après plus de 10 ans de recherches, Apple serait sur le point de mettre au point un capteur de glucose non invasif, sans piqûre. Cette technologie, qui pourrait être intégrée à terme à l’Apple Watch, serait une révolution pour le traitement des personnes diabétiques.

Sous Steve Jobs, Apple avait déjà pour projet de se lancer sur le secteur de la santé connectée. Le cofondateur de l’entreprise, même s’il n’a pas connu l’Apple Watch (présentée en 2014, puis lancée en 2015), rêvait de voir Apple changer la vie des personnes diabétiques, une population plus importante aux États-Unis qu’ailleurs. Il rêvait de mettre fin aux piqûres indispensables pour connaître son taux de glucose dans le sang, grâce à une technologie suffisamment miniaturée pour lire le taux de glucose à travers la peau.

Presque 15 ans plus tard, Apple y est presque. Bloomberg, qui n’a pas l’habitude de s’emballer sur Apple et qui est très bien informé, révèle le 22 février 2023 qu’un capteur de glucose non invasif, qui s’accrocherait au biceps, serait désormais fonctionnel. L’objectif de l’entreprise est maintenant de le miniaturiser, ce qui prendra du temps, mais la révolution n’est plus très loin.

Apple peut-il éviter des diabètes ?

Le capteur d’Apple utiliserait une technologie « photonique au silicium » et un processus de spectroscopie d’absorption optique. Des mots compliqués, qui veulent dire qu’un laser serait émis sur une longueur d’onde spécifique dans une zone de la peau sur laquelle se trouve du liquide interstitiel, une substance qui peut être absorbée par le glucose. Le laser reviendrait ensuite vers le capteur, ce qui permettrait à un algorithme de déterminer le niveau de glucose dans le sang, sans avoir à prélever du sang.

Selon Bloomberg, des centaines d’employés travaillent sur ce projet secret, un des plus confidentiels au sein de l’entreprise. Il y a aussi eu des centaines de testeurs humains, dont des testeurs non-diabétiques afin d’améliorer les résultats et l’algorithme. La version actuelle de la technologie serait suffisamment bonne pour qu’Apple commence à demander une certification gouvernementale, même si la marque a encore un long chemin avant de la rendre assez petite pour s’intégrer à une montre connectée.

Au dos de l'Apple Watch Series 8, il y a désormais un thermomètre. // Source : Louise Audry / Numerama
Au dos de l’Apple Watch Series 8, il y a plein de capteurs de santé. // Source : Louise Audry / Numerama


Bloomberg cite un autre usage potentiellement révolutionnaire : détecter un début de diabète avant qu’il ne soit trop tard. Si la technologie est intégrée à la montre et effectue régulièrement des mesures (par exemple, bien plus souvent qu’un système avec prélèvement du sang), alors Apple aura assez de données pour remarquer des comportements qu’aucun médecin ne pouvait voir jusque-là. Son rêve est de traiter des personnes avant qu’il ne soit trop tard, pour empêcher l’apparition de certains diabètes.

Apple va-t-il réussir ce que des dizaines d’entreprises, dont des géants comme Google, ont tenté de faire en vain ? La marque y croit et se donne les moyens d’y parvenir. Bloomberg raconte notamment qu’au début, Apple avait créé une fausse startup du nom de Avolonte Health LLC pour ne pas attirer les soupçons. Steve Jobs était à l’origine du projet en 2010, lorsqu’il a racheté l’entreprise spécialisée RareLight.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !