Placé sur liste noire par les États-Unis en 2019, Huawei a vu son activité smartphones s’effondrer. Après s’être reconvertie dans d’autres catégories, quitte à délaisser ce qui a fait son succès original, Huawei y revient. Malheureusement, les Nova 10 et Nova 10 Pro ont les mêmes problèmes.

Il y a quelque chose de paradoxal chez Huawei. Au Mobile World Congress de Barcelone en février 2022, le grand salon de la téléphonie mobile, la marque chinoise avait fait le choix de ne pas présenter de smartphones. Le message qu’elle souhaitait envoyer était le suivant : elle a tourné la page. Désormais reconvertie dans les PC, les écrans et les écouteurs, Huawei nous donnait l’impression d’être sortie grandie de ses péripéties géopolitiques (pour rappel, Donald Trump l’a inscrit sur liste noire en mai 2019, ce qui lui interdit d’utiliser les applications Google ou des puces 5G).

Six mois plus tard, à l’IFA de Berlin (un salon dédié à l’électronique et à l’électroménager), Huawei nous donne l’impression d’avoir changé d’avis. Plusieurs nouveautés ont été annoncées, mais les produits vedettes du salon sont les Nova 10 et Nova 10 Pro, deux nouveaux smartphones milieu de gamme commercialisés à 499 et 699 euros dès octobre. Le discours de Huawei n’est plus le même : la marque défend de nouveau son écosystème, comme elle le faisait en 2020 et 2021. On explique difficilement ce retour en arrière.

Les Nova 10 sont cool, mais toujours limités

Soyons clairs, nous ne reprochons pas à Huawei de lancer de nouveaux smartphones en France. Même si ses ventes se sont effondrées depuis que les applications de Google ne sont plus disponibles sur ses appareils. La marque chinoise a le droit de sortir des produits d’image. C’est dans son intérêt de continuer de lancer de nouveaux produits, tout en ayant conscience de la faible probabilité qu’ils se vendent bien.

Ce que nous n’aimons pas dans le nouveau discours de Huawei, c’est qu’il met de côté tous les efforts des derniers mois. Huawei reconnaissait qu’il ne pourrait pas combattre les autres avec autant de bâtons dans ses roues, il prétend désormais que son magasin d’applications AppGallery est complet et que le fait de ne pas préinstaller YouTube sur un téléphone offre de la liberté à ses utilisateurs. Ce discours est frustrant, d’autant plus qu’aucun des deux Nova 10 ne peuvent pas soutenir la 5G. Ce n’est pas la faute de Huawei, qui est victime d’une décision américaine (Qualcomm a le droit de vendre des puces 4G à Huawei, mais pas 5G), mais présenter ces produits comme « aussi bons que les autres » nous dérange, surtout quand la marque sait pertinemment que ce n’est pas vrai.

Nova 10
La principale force du Huawei Nova 10 Pro est son appareil photo frontal. // Source : Numerama

Bien entendu, les Nova 10 ont d’autres arguments. Leur principale qualité concerne les selfies, grâce à un capteur principal de 60 Mpix (oui, 60 Mpix à l’avant !) et un capteur secondaire pour les portraits sur le Nova 10 Pro. Leur design est aussi réussi, mais il ne comblera pas tout.

D’autres produits plus cohérents, comme le sublime MateBook X Pro

Heureusement, il n’y a pas eu que les Nova 10. À l’IFA, Huawei a dévoilé deux nouvelles tablettes, une montre dédiée à la santé (électrocardiogramme, pression artérielle) et une nouvelle version de son PC le plus haut de gamme, le MateBook X Pro. L’ordinateur nous donne particulièrement envie, avec son design quasiment parfait et son nouveau trackpad qui répond à des gestes pour aller plus vite (un glissement sur le côté peut faire monter le son ou la luminosité).

MateBook
Le Huawei MateBook X Pro, version 2022. // Source : Numerama

Commercialisé à partir de 2 199 euros, le MateBook X Pro sera le premier à arriver, dès le 16 septembre. La preuve que, malgré son discours ambigu, Huawei a parfaitement conscience de l’importance du PC dans sa nouvelle stratégie. Elle reste indéniablement une marque à suivre, au moins sur les catégories non impactées par le coup de folie américain.