En Chine, où de plus en plus d’entreprises interdisent les iPhone au nom du patriotisme technologique, Microsoft a décidé de rendre les terminaux d’Apple obligatoires pour ses employés. Malgré la montée des acteurs locaux comme Huawei, les ventes d’iPhone continuent de progresser.

Entre la Chine et les États-Unis, la guerre économique a souvent des conséquences technologiques. En cause, la décision de Donald Trump en 2019 d’inscrire le constructeur Huawei sur liste noire commerciale.

L’ancien président américain a mis fin à l’impressionnante croissance de Huawei qui, sans Google et sans puces américaines, s’est effondré en quelques mois. Évidemment, la Chine ne garde pas un très bon souvenir de cet épisode, même si elle bloque elle-même des entreprises américaines depuis plusieurs années (Google, Facebook, Amazon ou Twitter n’existent pas là-bas…).

Depuis cet épisode, les deux plus grandes économies de la planète continuent de se mettre des bâtons dans les roues. Les États-Unis veulent interdire TikTok, la Chine bloque en retour des logiciels américains et incite ses citoyens au patriotisme technologique. Son objectif est d’éliminer la dépendance aux entreprises américaines, en créant sa propre bulle high-tech.

Microsoft va faire du protectionnisme américain

Selon les informations de Bloomberg, Microsoft, un des rares « GAFAM » présent en Chine (Windows y est autorisé), pourrait se joindre à cette guerre technologique cet automne.

Le géant du logiciel aurait décidé de rendre l’iPhone obligatoire pour ses employés, officiellement pour des raisons de sécurité. Puisque les smartphones Android chinois (Huawei, Oppo, Vivo, Xiaomi…) n’ont pas accès aux services Google, ils ne peuvent pas accéder au même écosystème logiciel qu’aux États-Unis. Pour des raisons de sécurité, Microsoft préférerait que tout le monde utilise un iPhone, un des rares appareils américains populaires en Chine.

En Chine, les marques de smartphones sont partout. Il y a une vraie concurrence. // Source : Numerama
En Chine, les marques de smartphones sont partout. Il y a une vraie concurrence. // Source : Numerama

Évidemment, il est difficile de ne pas voir de la politique dans la décision de Microsoft. Le problème des services Google n’est pas nouveau et, sur le papier, rien n’empêche l’entreprise de développer son propre magasin avec ses applications et ses services pour les smartphones chinois. La décision de prioriser Apple, un autre acteur américain, dépasse forcément la question de la praticité.

Avant Microsoft, d’autres grands groupes en Chine ont pris des décisions similaires, mais généralement dans l’autre sens. Plusieurs entreprises financées par l’État, en plus d’agences gouvernementales, ont décidé fin 2023 d’interdire l’iPhone. L’objectif officiel est de réduire la dépendance technologique à une marque américaine, pour favoriser des acteurs comme Huawei ou Xiaomi. Il se trouve que Huawei, qui développe ses propres puces chinoises, fait un bond dans les ventes chinoises depuis plusieurs mois.

Depuis les appels anti-Apple, de nombreux analystes suspectent un effondrement des ventes d’iPhone en Chine. Les chiffres de vente officiels prouvent le contraire, alors que la marque pratique de rares promotions pour plaire au public chinois. Le risque pour Apple est de se voir abandonné par le gouvernement chinois du jour au lendemain, une piste pour l’instant écartée par le parti communiste.

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.