Microsoft a laissé trop de temps s’écouler entre Windows 10 et Windows 11. À l’avenir, l’entreprise souhaiterait revenir à un cycle de développement permettant de lancer un nouveau Windows tous les trois ans.

Plus de six ans se sont écoulés entre la sortie de Windows 10, fin juillet 2015, et l’arrivée de son successeur, Windows 11, au début du mois d’octobre 2021. Un écart anormalement long dans l’histoire récente de Microsoft, puisque les temps de développement du système d’exploitation Windows étaient autrefois de trois ans environ.

Quand sortira Windows 12 ?

C’est justement ce délai que l’entreprise entendrait comprimer franchement, en évitant d’avoir à attendre encore six ans — soit 2027 — pour lancer Windows 12. Selon les éléments de Windows Central le 14 juillet, la firme américaine prévoit de revenir à un rythme où chaque grand O.S. arrive à peu près tous les trois ans. Ce qui signifierait le déploiement de Windows 12 en 2024.

Rien ne dit, bien sûr, que ce qui arrivera après Windows 11 s’appellera bien Windows 12 — Microsoft ayant déjà fait le coup de sauter un numéro dans la liste des versions du système, avec Windows 9 qui n’a jamais existé. Il reste aussi à voir de quelle façon ce changement de rythme en matière de mise à jour se traduira et quel en sera l’effet sur les particuliers.

Windows-11.jpg
Windows 11 est le système d’exploitation le plus récent de Microsoft. Il est sorti en octobre 2021. // Source : Microsoft

Une interrogation importante concerne le volume des mises à jour pour chaque OS : est-ce qu’il faut s’attendre à ce que chaque OS ne recevra que trois ans de mise à jour et sera délassé dès la sortie du suivant — hors correctifs de sécurité, qui eux seront fournis sur une période de temps bien plus longue ? Cette allure pourrait être pesante pour les entreprises.

C’est pourtant un tempo que le secteur professionnel a connu par le passé : il s’est écoulé par exemple à peu près cinq ans entre XP (2001) et Vista (2006). Puis les versions ultérieures sont arrivées tous les trois ans environ : 7 (2009), 8 (2012) et 10 (2015). En somme, les six ans qui ont été observés entre 10 et 11 étaient une anomalie passagère.

Des mises à jour régulières… mais modestes ?

Quant aux mises à jour de chaque futur O.S., elles seraient livrées à un rythme assez régulier. Windows 12 recevrait par exemple trois ans de mise à jour pour étoffer ses services et de fonctionnalités — le calendrier prévoirait jusqu’à quatre améliorations par an, donc douze au total dans la carrière de Windows 12, avant que Microsoft ne passe à Windows 13.

Il reste à voir quelle sera l’ampleur de ces mises à jour intermédiaires : car avec un rythme de développement de Windows revenant à trois ans, des fonctionnalités importantes pourraient être réservées à l’O.S. suivant, afin de le rendre à la fois attractif pour inciter le public à passer dessus et parce qu’elles peuvent être longues à concevoir.

Ce faisant, les mises à jour intermédiaires pourraient s’avérer d’un calibre relatif — un peu comme ce que l’on observe du côté des navigateurs web : Firefox et Chrome bénéficient de mises à jour fréquentes, avec un espacement de quelques semaines, mais leur contenu est parfois si modeste que l’on a l’impression d’avoir affaire à une mise à jour mineure.