Starlink annonce une offre d’accès à Internet pour les navires. Les prix très élevés excluent les particuliers : cela s’adresse aux propriétaires de yachts, les armateurs de paquebots et les patrons de marine marchande.

Envie de prendre le grand large, mais de maintenir une liaison avec la terre ferme ? Vous pouvez désormais vous payer les prestations de SpaceX pour avoir accès à Internet sur votre bateau. L’entreprise américaine a annoncé le 7 juillet 2022 la sortie d’une offre commerciale Starlink taillée pour les navires. Le groupe avait déjà lancé précédemment une offre pour les caravanes.

Starlink Maritime pour avoir Internet en mer

« Starlink Maritime vous permet de vous connecter à partir de certaines des eaux les plus reculées du monde », clame le message publié sur Twitter. Ce sera vrai sans doute en 2023 : pour l’instant, le service peut à peine connecter les bords de mer des nations occidentales (Amérique du Nord, Europe, Australie, Nouvelle-Zélande) à condition d’être dans les bonnes latitudes.

Hormis l’équivalent de quelques zones économiques exclusives, c’est surtout la mer Méditerrannée qui est aujourd’hui pleinement couverte. On trouve aussi la mer du Nord, une partie de la Baltique, le golfe de Gascogne, la Manche, la mer d’Irlande. Le gros de la couverture est promis entre le quatrième trimestre 2022 et le premier trimestre 2023.

Sur le papier, n’importe qui peut souscrire à une offre Starlink Maritime. Dans les faits, cela concernera certainement davantage les armateurs supervisant des navires de grande taille, comme des navires marchands ou des paquebots. Les propriétaires de yacht pourraient aussi y trouver un intérêt. En tout cas, seuls les plus fortunés auront les moyens de se payer le service.

Starlink Maritime tarif
Finalement, avoir un abonnement à 30 euros par mois, c’est bien aussi. // Source : Capture d’écran

Car du point de vue d’un particulier, la formule de Starlink Maritime est insoutenable financièrement : comptez en effet un abonnement mensuel de 5 000 euros par mois, mais aussi 10 000 euros pour le matériel. La livraison et manutention, en comparaison, paraissent offertes, à 100 euros. Il faut aussi tenir compte des taxes, mais elles paraissent dérisoires à côté.

C’est hors de prix donc, mais c’est une offre qui n’est pas censée rivaliser avec votre forfait Orange ou Bouygues Telecom. Ce ne sont pas les mêmes marchés qui sont touchés ni les mêmes clients. On peut en effet raisonnablement imaginer qu’une personne possédant un yacht n’a peut-être pas de difficulté à verser par ailleurs 5 000 euros par mois pour Internet.

Même constat pour les professionnels de la mer : les moyens que peut déployer une entreprise ayant une flotte de navires commerciaux ou bien une société proposant des croisières sont sans équivalent avec un particulier. Les enjeux ne sont pas non plus les mêmes. L’accès à Internet, dans le cas d’une croisière, peut être ensuite revendu dans des prestations à la clientèle, par exemple.