Starlink puise son inspiration dans un roman pour ados, selon Elon Musk. Et le titre du livre a quelque chose à voir avec William Shakespeare.

Il y a une histoire derrière le nom de SpaceX. C’est vrai aussi pour ses engins, comme le Starship ou la capsule Crew Dragon. Et pour Starlink, c’est la même chose : le service d’accès à Internet par satellite, qui opère déjà dans plusieurs pays du monde, n’a pas reçu ce nom au hasard. Il a été choisi par Elon Musk, son patron, et il s’avère qu’il est tiré d’un roman… pour adolescents.

Un roman pour adolescents à l’origine de Starlink

On aurait pu croire de prime abord que le nom de Starlink était une façon très poétique et imagée de représenter la connexion Internet circulant entre la Terre et le ciel. Un lien vers les étoiles, voire un lien avec les étoiles, en forçant un peu la traduction. En fait, il n’en est rien. Cette interprétation s’est rajoutée plus tard.

Dans un tweet publié le 21 février 2018, Elon Musk a admis que Starlink est inspiré du roman intitulé The Fault in Our Stars. Peut-être son nom traduit en français vous parlera davantage : Nos étoiles contraires. Publié en 2012, cet ouvrage a fait l’objet d’une adaptation cinématographique deux ans plus tard, avec au casting Shailene Woodley et Ansel Elgort.

Le roman, écrit par John Green, n’a pourtant rien à voir avec l’espace. On y parle plutôt d’une romance adolescente, d’un jeune homme et d’une jeune femme, d’une longue maladie — un cancer, pour dire les choses. On est aux antipodes de la conquête spatiale et de l’héroïsme qui va avec : nous sommes plutôt sur le quotidien avec la maladie et des soucis au jour le jour.

Ce serait donc l’évocation de l’étoile dans le titre, et peut-être un récit touchant par ailleurs, qui a conduit Elon Musk à opter pour Starlink.

The Fault in our Sars
Les deux héros du roman et du film. // Source : The Fault in our Sars

Chose à noter, le nom du roman est lui-même inspiré de la pièce de théâtre de Williams Shakespeare, Jules César. Dans une phrase lancée à Brutus, Cassius déclare : « The fault, dear Brutus, is not in our stars, but in ourselves, that we are underlings », ce qui a été traduit en français par « Si nous ne sommes que des subalternes, cher Brutus, la faute en est à nous et non à nos étoiles. »


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !