Le satellite Gaia a pu repérer son nouveau voisin, le télescope spatial James Webb. L’observatoire de la Nasa ressemble à un tout petit point rougeâtre dans l’image obtenue par la mission de l’ESA.

James Webb n’est pas l’unique télescope à évoluer en orbite autour du point de Lagrange L2, un point d’équilibre situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre (dans la direction opposée au Soleil). C’est aussi le cas de Gaia, le satellite de l’Agence spatiale européenne (ESA) chargé de mesurer la position des étoiles. Tous deux ne suivent pas exactement la même orbite, mais cela n’a pas empêché Gaia de repérer le JWST.

Dans une image prise par Gaia le 18 février 2022, présentée par l’ESA le 16 mars, James Webb apparait sous la forme d’un tout petit point, indiqué par une flèche verte. Le point a une coloration rougeâtre, qui a été ajoutée pour aider à mieux le repérer. Lorsque Gaia a pris ce cliché du ciel, le satellite était à 1 million de kilomètres de James Webb. Celui-ci lui présentait son pare-soleil. Gaia n’a pu recevoir qu’une très faible quantité de la lumière renvoyée par James Webb : c’est pourquoi le JWST n’est qu’un point flou, sans plus de détails.

Zooms sur James Webb dans l'image de Gaia. // Source : ESA/Gaia/DPAC; CC BY-SA 3.0 IGO
Zooms sur James Webb dans l’image de Gaia. // Source : ESA/Gaia/DPAC IGO

L’Agence spatiale s’est même amusée à créer une conversation sur Twitter, entre les comptes @ESAGaia et @ESA_Webb, comme si les deux satellites pouvaient discuter lorsque cette photo a été prise.

Gaia, un satellite de 2 tonnes, a été envoyé dans l’espace en 2013. Il est arrivé sur son orbite au point de Lagrange L2 l’année suivante. Gaia est équipé de deux télescopes à son bord, qui lui permettent d’étudier la position et la vitesse de plus d’un milliard d’objets célestes.

Gaia n’est normalement pas prévu pour prendre de telles photos

Peu avant que James Webb n’achève son voyage pour atteindre lui aussi son orbite autour de L2, des scientifiques experts de Gaia se sont rendu compte que le satellite devrait avoir l’occasion de voir son nouveau voisin. Même si Gaia n’est pas vraiment conçu pour obtenir des images d’objets célestes, son « viseur » balaye le ciel de façon à le couvrir en intégralité en quelques mois.

James Webb et Gaia, illustration. // Source : Capture d'écran YouTube European Space Agency, ESA
James Webb et Gaia, illustration. // Source : Capture d’écran YouTube European Space Agency, ESA

Il a été décidé de l’utiliser pour tenter de voir James Webb. Gaia devait conserver exceptionnellement des données d’image (alors qu’il les supprime systématiquement d’habitude). La première opportunité d’obtenir une image de James Webb avec Gaia s’est présentée le 18 février : cette première fois était la bonne.

Désormais, Gaia a un nouveau voisin au point de Lagrange L2. Grâce à leurs observations, nous devrions en apprendre encore plus sur notre galaxie, la Voie lactée, et le passé de l’Univers.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !