Une nouvelle fois, il va falloir changer d'heure : nous passons à l'heure d'hiver dans la nuit du 30 au 31 octobre 2021. Cette mesure, qui était censée prendre fin cette année, continue de s'appliquer tandis que l'Europe ne donne aucune nouvelle.

Le prochain changement d’heure sera-t-il le dernier ? On ne peut pas l’affirmer. Dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 octobre 2021, la France passera une nouvelle fois à l’heure d’hiver : à 3 heures, il sera 2h (on retire donc une heure). Ce prochain changement d’heure a lieu dans un contexte un peu spécial, outre celui de la pandémie de coronavirus : l’abandon de la mesure, qui devait avoir lieu cette année 2021, n’est toujours pas acté.

Le sujet est sur la table des institutions européennes depuis 2018. Actuellement, c’est au tour du Conseil de l’Union européenne (composé des ministres nationaux, en fonction des domaines abordés) d’agir. Le Conseil n’a toujours pas exprimé sa position sur la fin du changement d’heure. Jointe par Numerama en octobre 2021, l’institution a confirmé que le dossier ne figurait pas dans le programme actuel de la présidence, actuellement assurée par la Slovénie. Il est prévu que la France assure la prochaine présidence du Conseil, de janvier à juin 2022. Mais à l’heure actuelle, on ignore si la Slovénie ou la France ont l’intention d’inscrire dans leur agenda la question de la fin du changement d’heure.

En l’état, on continue donc avec le système actuel : on change d’heure en mars (passage à l’heure d’été) et en octobre (passage à l’heure d’hiver).

Tout a commencé en 2018

À l’origine de cette interrogation sur la fin du changement d’heure, se trouve une demande que le Parlement européen a adressée à la Commission européenne en février 2018. Le Parlement souhaitait que la Commission mène une enquête sur le changement d’heure, et propose éventuellement une modification du système en place.

Depuis 1998, le changement d’heure est harmonisé dans l’Union européenne, afin de faciliter les échanges entre les États. Chaque pays passe à l’heure d’été le dernier dimanche de mars et à l’heure d’hiver le dernier dimanche d’octobre. À l’été 2018, la Commission a organisé une consultation publique et obtenu 4,6 millions de réponses. 84 % des répondants et répondantes se sont exprimés en faveur de la fin de la mesure.

Il va falloir continuer à avancer ou reculer l’heure de son réveil. // Source : Pexels/Tima Miroshnichenko

La Commission a ensuite présenté en septembre une proposition de directive devant les députés, qui mettrait fin aux changements d’heure saisonniers. Dans ce texte, la Commission écrivait qu’il «  appartient à chaque État membre de décider de son heure légale et de choisir s’il y a lieu ou non d’opter pour l’heure d’été permanente ou l’heure d’hiver permanente  ».

Cependant, la présidence du Conseil a estimé à la fin de l’année que la fin de la mesure ne pourrait pas avoir lieu en 2019 comme prévu. 2021 est apparue une échéance plus réaliste pour que les États aient le temps de se coordonner. Le Parlement a approuvé la fin du changement d’heure pour 2021, au mois de mars 2019, soutenant ainsi la proposition de la Commission, mais entérinant le report de date. Depuis 2019, la situation n’évolue guère, même si le sujet a été évoqué en juin puis en décembre. Aucune position n’a été arrêtée par le Conseil.

Les Français veulent la fin de ce système (et garder l’heure d’été)

En France, il semble assez clair que le changement d’heure est contesté par la majorité de la population. Entre février et mars 2019, les Français et Françaises avaient été consultés par la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale. Plus de 2 millions de réponses avaient été rassemblées. 83 % des participants se sont exprimés pour la fin du changement d’heure saisonnier. 59 % des répondants ont indiqué préférer conserver l’heure d’été.

Il n’est cependant pas possible d’affirmer, pour l’instant, que ce souhait sera contenté, ni que le passage à l’heure d’hiver du mois d’octobre 2021 sera le dernier. Tant que le Conseil de l’UE ne s’exprime pas, ou que la Commission ne retire pas sa proposition, nous continuons de changer d’heure sans visibilité sur la possibilité que la mesure prenne fin.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo