Poser des panneaux solaires sur l'eau, le concept peut sembler saugrenu. Mais les fermes photovoltaïques flottantes ont plusieurs avantages, notamment celui de ne pas occuper des surfaces terrestres qui pourraient être utilisées pour d'autres choses.

Elle fait la taille de 45 terrains de football, pourtant Singapour n’a pas eu de mal à trouver de la place à sa nouvelle ferme solaire géante : elle a été entièrement construire sur l’eau. Le site construit par Sembcorp Industries a été inauguré mercredi 14 juillet et devrait fournir toute l’énergie requise par les centrales de traitement d’eau de la Cité-État, précise Reuters. Singapour a d’ores et déjà prévu de développer quatre autres fermes de ce type dans les années à venir.

L’usage des panneaux photovoltaïques flottants se développe dans le monde (plusieurs projets ont déjà vu le jour aux Pays-Bas et l’Allemagne s’y intéresse beaucoup). Ce n’est pas surprenant : cette technologie présente plusieurs atouts. Le plus évident est que ces panneaux n’occupent pas de place sur terre. C’est pratique, car le solaire est d’ordinaire assez gourmand en foncier. Certes, il est possible d’installer des panneaux photovoltaïques sur les toits des bâtiments. Mais les rendements sont nettement meilleurs lorsqu’il est possible de positionner des panneaux sur de larges zones.

Source : Sembcorp Industries

Trouver de la place pour les panneaux solaires

Dans des pays peu étendus — comme Singapour — trouver des terrains pour des projets de ce type peut vite devenir un casse-tête. Les fermes flottantes donnent à ces États la possibilité de bénéficier malgré tout des avantages du solaire (faible impact carbone, coût de l’énergie de plus en plus compétitif). Mais même dans des pays plus étendus, le solaire flottant peut s’avérer utile : il permet de ne pas monopoliser de surfaces qui peuvent être utilisées autrement (espaces naturels, cultures agricoles, etc.)

De premières études suggèrent du reste que les panneaux solaires flottants offrent de meilleurs rendements que leurs équivalents terrestres, car ils sont mieux refroidis. En effet, lorsque les panneaux chauffent, leurs performances diminuent. La proximité de l’eau, dans le cas du photovoltaïque flottant, assure leur rafraîchissement.

Surveiller l’impact sur la faune et la flore

La conception des panneaux solaires ainsi que la localisation et la taille des fermes flottantes doivent cependant être minutieusement étudiées, car de telles infrastructures peuvent avoir un impact significatif sur la faune et la flore aquatique, si elles sont mal calibrées. C’est ce que montre cette étude publiée en mai 2021. Les auteurs de la publication mettent cependant en évidence que si les projets sont bien conçus, ils peuvent à l’inverse avoir un impact bénéfique sur l’écosystème environnant, en le protégeant de la hausse des températures entraînées par le changement climatique.

De premières simulations réalisées par une équipe de l’université de Lancaster suggèrent que le changement de température de l’eau, entraîné par les fermes solaires, permettrait peut-être de « compenser celui du réchauffement climatique » sur ces étendues d’eau.

« Les fermes conçues de manière à ombrager le lac, plus qu’à le recouvrir — en réduisant la quantité de soleil plus que celle du vent qui touche le lac — sont celles qui ont l’effet de refroidissement le plus prononcé », explique un des co-auteurs de la publication, Giles Exley. À l’inverse, alerte-t-il, des fermes solaires, qui empêcheraient le vent d’atteindre la surface de l’eau auront tendance à accentuer le réchauffement de l’eau. Tous ces paramètres doivent donc être soigneusement évalués pour identifier les cas où le solaire flottant serait une solution adaptée.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo