Le rover chinois Zhurong fonctionne. Ou tout du moins, il roule : la Chine a confirmé que le petit astromobile a fait ses premiers tours de roues sur la planète rouge.

Les aventures du rover chinois Zhurong ne seront assurément pas aussi médiatisées que celles des rovers américains — Perserverance, en ce moment. D’une part, la Chine reste peu loquace sur ses expéditions scientifiques sur la planète rouge, laissant le soin à des organismes de presse étatiques de relayer les étapes de la mission. D’autre part, cette première mission est loin d’être aussi perfectionnée que Perseverance : nous vous expliquons pourquoi il a fallu quatre jours à Zhurong pour envoyer ses premiers clichés de la planète rouge dans cet article.

Le rover a quitté son atterrisseur // Source : CGTV

Zhurong progresse déjà sur Mars

Mais malgré ces méthodes de communication qui contrastent avec le grand spectacle de la Nasa et de l’ESA, la mission est un succès pour la Chine. Le samedi 22 mai, le pays a d’ailleurs prouvé que son rover était bel et bien en état de fonctionner : la rampe de l’atterrisseur s’est déployée et on a pu voir une succession de photos qui prouvent que le rover s’est mis à… rouler. Le média chinois CGTN a publié ces photos dans un gif animé qui montre la progression de l’astromobile, de sa rampe jusqu’au sol martien. Une information confirmée par l’agence Reuters.

Pour mener à bien sa mission, qui consiste à chercher des traces de vie ancienne notamment par la présence d’océans, Zhurong ne va pas faire des dizaines de kilomètres par jour. Le rover doit parcourir le sol martien à une vitesse de 10 mètres tous les trois jours, explique Reuters. Une lenteur qui a été choisie par l’agence spatiale chinoise pour cette première mission, car elle ne connaissait pas le sol martien et ne souhaitait pas prendre de risque. Zhurong est également le premier rover équipé de suspensions lui permettant de s’adapter au terrain — il peut se lever jusqu’à 60 centimètres pour éviter les obstacles du sol martien.

Pour la Chine, la mission Tianwen-1 est l’occasion de montrer au monde ses progrès en matière d’exploration spatiale et de concevoir, enfin, un programme scientifique ambitieux. Et pour que cet essai soit transformé, chaque succès compte : réussir à faire rouler le rover en est un de plus à ajouter au palmarès de la CNSA.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo