Ce dinosaure, baptisé Shuvuuia deserti, a des capacités rares, qui lui ont probablement conféré un avantage évolutif. Un avantage aussi avancé n'est pas courant chez des espèces ayant existé il y a plus de 65 millions d'années.

C’est un drôle de petit dinosaure que met en avant une étude publiée dans Science ce 7 mai 2021. Ce travail de recherche s’intéresse plus globalement à l’évolution de la vision et des capacités auditives chez les dinosaures Théropodes — c’est-à-dire ceux qui, tout en ayant quatre pattes, marchent sur deux pattes. Au cours de leurs travaux, les paléontologues ont alors repéré une étonnante divergence.

La plupart des Théropodes, tels que les Tyrannosaures, ont certes une vision qui s’avère optimisée le jour, et une audition meilleure que la moyenne, afin de faciliter la chasse. Mais une espèce, qui évoluait en Mongolie il y a presque 100 millions d’années, se distingue : Shuvuuia deserti. Ces dinosaures, qui ressemblent à un mélange entre un poulet et une chouette en taille et en apparence, avaient une vision nocturne aux capacités extraordinaires, et il en allait de même pour leurs facultés auditives. Cela met en évidence des aspects de son mode de vie : « C’est la première fois que ces deux caractéristiques ont été trouvées dans le même fossile, ce qui suggère que ce petit dinosaure vivant dans le désert de l’ancienne Mongolie était probablement un chasseur nocturne spécialisé dans les insectes et les petits mammifères. »

« Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais »

Les paléontologues ont mis ces facultés en évidence en étudiant les squelettes fossiles de cette espèce et d’autres Théropodes, trouvés dans l’ancien désert de la Mongolie. Il se trouve que le squelette de Shuvuuia est assez exceptionnel dans son genre. Le crâne est fragile, comme celui d’un oiseau ; mais des bras avant très solides munis d’une seule griffe puissante ; et des pattes très agiles comme celles du Grand Géocoucou (appelé « Roadrunner » car plus apte à la course qu’au vol).

Le professeur Jonah Choiniere tenant entre ses mains un moulage 3D d’un os de Shuvuuia deserti, et exprimant bien sur son visage la surprise face à ce fossile incroyable. // Source : Wits University

Plus étonnant encore, son canal auditif est exceptionnellement grand, alors même que ce dinosaure fait une petite taille. « Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais (…) les oreilles des dinosaures n’étaient pas censées ressembler à ça ! », confie l’un des professeurs ayant travaillé sur ces squelettes. Autre excellente capacité sensitive : sa vision nocturne, repérable par les paléontologues, car sa pupille représente plus de la moitié que son œil — comme les geckos aujourd’hui, par exemple. En comparant les facultés Shuvuuia avec celles d’autres espèces dont l’activité diurne ou nocturne a déjà été identifiée, il en résulte qu’il y a plus de 90 % de chance que cette espèce ait été nocturne.

Ce type de travaux paléontologiques aident à retranscrire, toujours plus précisément, le mode de vie de ces espèces, à une échelle individuelle, collective, et interespèce. En l’occurrence, cela permet de décrire la vie nocturne à l’époque des dinosaures. L’équipe l’explique ainsi : «  En étudiant les capacités sensorielles des dinosaures, les paléontologues comme nous apprennent non seulement quelles espèces erraient la nuit, mais peuvent également commencer à déduire comment ces dinosaures vivaient et partageaient leurs ressources. »

Un « avantage évolutif »

Alors, que nous disent l’ouïe et la vision exceptionnelles de Shuvuuia deserti ? Quasiment à coup sûr, il était un prédateur nocturne. L’ouïe était toujours plus puissante chez les dinosaures prédateurs ; la vision est souvent meilleure chez les animaux nocturnes — or Shuvuuia pouvait, en l’occurrence, se repérer dans le noir complet.

Reconstitution artistique de Shuvuuia deserti. // Source : Viktor Radermaker

Ce petit dinosaure a « probablement utilisé ses incroyables sens pour chasser ses proies la nuit ». Les paléontologues suggèrent qu’«  il pouvait probablement entendre et suivre des bruissements à distance avant de détecter visuellement sa proie et de la déterrer du sol avec ses bras courts à griffe unique. » L’anatomie du dinosaure et ses facultés supposent également que ses proies étaient tout particulièrement de petits mammifères et des insectes.

Sa capacité à être aussi actif malgré les fraiches températures nocturnes de l’époque était sans doute un «  avantage évolutif ». Car l’existence, il y a des dizaines de millions d’années, d’une espèce ayant toutes ces caractéristiques n’est pas habituelle. « L’activité nocturne, la capacité à creuser, et les longs membres postérieurs sont autant de caractéristiques des animaux qui vivent dans les déserts aujourd’hui, mais il est surprenant de les voir toutes réunies chez une seule espèce de dinosaure qui vivait il y a plus de 65 millions d’années. »

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo