Le Spinosaure avait une queue semblable à une nageoire, prouvant qu'il pouvait vivre sous l'eau. C'est la première preuve scientifique que des dinosaures ont pleinement conquis le milieu aquatique.

« Cette découverte nous ouvre vraiment les yeux sur un tout nouveau monde de possibilités pour les dinosaures », déclare d’emblée le paléontologue Nizar Ibrahim, sur le site de l’université Detroit-Mercy, le 29 avril 2020. Cette découvre est une queue de Spinosaure fossilisée — et exceptionnellement bien fossilisée, qui plus est. Si les scientifiques n’ont jamais été certains que les dinosaures ont pu être un super-ordre apte à vivre dans un environnement pleinement aquatique, cette queue fossilisée est la première preuve qu’une espèce savait parfaitement bien nager.

La découverte provient du seul squelette complet de Spinosaure conservé à ce jour (de précédents fossiles ont été détruits durant la Seconde Guerre mondiale). Cette espèce a vécu au Crétacé, soit il y a une centaine de millions d’années, dans l’actuelle Afrique du Nord. Ce dinosaure n’était pas l’un des moins impressionnants puisque sa taille était équivalente à celle du tyrannosaure, si ce n’est davantage : 15 mètres de long à l’âge adulte. Quant à son régime alimentaire, il était « piscivore ». Le Spinosaure se nourrissait essentiellement de poissons.

Représentation du Spinosaure d’après les descriptions des paléontologues. // Source : Nature

La queue est semblable à une nageoire

Même si les preuves tendaient déjà à démontrer que le Spinosaure était piscivore, elles ne montraient pas pour autant que son habitat était véritablement aquatique. Il y avait des indices sur une capacité amphibie, relevés dès 2014 et qui permettaient de penser qu’il était semi-aquatique : des pattes larges mais courtes à l’arrière, une mâchoire allongée avec des dents en forme de cône, ou encore une ossature dense. Mais la capacité amphibie ne suffit pas à estimer que le Spinosaure était aquatique, au sens où l’eau serait son habitat premier. Il faudrait pour cela que le dinosaure sache nager, qu’il puisse se propulser sous l’eau… c’est là où l’étude approfondie de la queue a tout changé.

Dans le papier détaillé, publié dans Nature le 29 avril 2020, le paléontologue Nizar Ibrahim et son équipe décrivent cette queue comme un «  grand organe flexible semblable à une nageoire, capable d’une grande excursion latérale ». À partir de reproductions robotiques variées, les scientifiques ont constaté que l’organe avait une «  plus grande efficacité dans l’eau que les formes de queue des dinosaures terrestres ». Pour les auteurs du papier de recherche, cela ne fait plus aucun doute, les Spinosaures avaient bel et bien un moyen de propulsion pour nager — et nager très efficacement — en milieu aquatique.

C’est une pierre importante à l’édifice de l’histoire des dinosaures, qui évolue légèrement dans la connaissance scientifique qu’on en a. « Cela ne fait pas qu’ajouter au récit existant, écrit Nizar Ibrahim, cela crée un tout nouveau récit et change radicalement les choses sur ce que nous savons des capacités des dinosaures. » Car effectivement, cela change quelque peu la description du mode de vie des dinosaures non-aviaires : oui, ils avaient « conquis » le monde aquatique. C’était au moins le cas pour le Spinosaure, qui « chassait activement des proies dans l’eau, et ne restait pas seulement au bord de l’eau à attendre que les poissons l’atteignent. Il passait probablement le plus clair de son temps dans l’eau ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo