Un ultime rapprochement de la sonde OSIRIS-REx avec l'astéroïde Bennu est prévu ce 7 avril 2021. La Nasa veut ainsi observer comment la collecte de l'échantillon en octobre a pu perturber la surface de l'objet.

À quel point la sonde OSIRIS-REx a-t-elle perturbé la surface de Bennu en y collectant un échantillon en octobre dernier ? La Nasa s’apprête à le découvrir ce mercredi 7 avril 2021. L’agence spatiale a prévu un ultime survol de l’astéroïde, qui n’était pas dans le programme initial de la mission, avant d’entamer le voyage de retour vers la Terre.

À cette occasion, la sonde spatiale doit observer l’objet à une distance d’environ 3,7 kilomètres. OSIRIS-REx ne s’est pas trouvé aussi proche de l’astéroïde depuis le 20 octobre, lors du prélèvement de l’échantillon. L’agence spatiale a finalement décidé de se rapprocher une ultime fois de Bennu, pour constater les « dégâts » laissés par OSIRIS-REx lors du prélèvement.

L’emplacement du site de prélèvement sur Bennu. // Source : NASA/Goddard/University of Arizona, via Flickr (image recadrée)

« Un effet dramatique sur le site d’échantillonnage »

Ce prélèvement a été réalisé sur un site baptisé Nightingale, qui se trouve dans l’hémisphère nord de l’astéroïde. Lors de la collecte de l’échantillon, le système TAGSAM (pour « Touch-And-Go Sample Acquisition Mechanism ») a momentanément touché Bennu. La tête d’échantillonnage s’est enfoncée à 48,8 centimètres sous la surface, libérant de l’azote pour soulever le régolithe (une couche du sol constituée de poussière et couvrant la roche).

En plus de cela, la manœuvre de recul de la sonde a aussi dû perturber les matériaux à la surface de Bennu. Comme l’explique la Nasa, la gravité sur l’astéroïde est faible : on peut s’attendre à « un effet dramatique sur le site d’échantillonnage », avec des roches et des poussières déplacées par OSIRIS-REx. En s’approchant encore une fois de Bennu, la sonde aidera les scientifiques à estimer comment ce contact a peut-être changé l’aspect de l’astéroïde à cet endroit.

Concrètement, ce survol ressemble à une précédente manœuvre menée par la mission en 2019, lors d’une séquence d’observation de Bennu. Pendant un peu moins de 6 heures (ce qui équivaut à une période de rotation presque totale de l’objet), la sonde va photographier l’astéroïde. Les images prises par OSIRIS-REx pourront ensuite être comparées avec celles obtenues en 2019. Par ailleurs, l’approche va fournir une occasion pour les équipes de la mission d’évaluer l’état des divers instruments scientifiques de la sonde, car certains ont pu être recouverts de poussière lors de la collecte en octobre. Or, estimer l’état des instruments est important dans la perspective de prolonger peut-être la mission d’OSIRIS-REx après le retour de la capsule d’échantillons sur la Terre.

Plusieurs jours seront nécessaires pour que la Nasa obtienne les données. Après ce survol ultime, OSIRIS-REx pourra quitter définitivement le voisinage de l’astéroïde pour revenir vers notre planète. Son voyage de retour doit commencer en mai, de façon à ce que l’échantillon arrive sur Terre le 24 septembre 2023. La sonde devra alors larguer la capsule dans le désert de l’Utah.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo