SpaceX n'a pas encore communiqué sur les causes de la perte du prototype Starship SN10, pas plus qu'Elon Musk. Mais déjà, des premiers indices commencent à émerger pour expliquer l'origine de l'explosion de la fusée.

Dans le vocabulaire d’Elon Musk, cela s’appelle un RUD, un acronyme pour dire que la fusée a subi un démontage rapide et imprévu (Rapid Unplanned Disassembly). C’est exactement ce qu’il s’est passé pour le prototype SN10 du Starship : après avoir réussi son vol d’essai, mais aussi son spectaculaire atterrissage, l’engin a brusquement explosé quelques minutes plus tard — le fameux démontage rapide et non planifié.

Depuis, le public apparaît divisé pour savoir s’il s’agit d’une réussite ou d’un échec. Ou d’un demi-succès ou d’un raté partiel. Après tout, le prototype a effectivement terminé sa carrière dans une immense boule de feu, propulsant le lanceur à quelques dizaines de mètres de haut avant de s’écraser lourdement au sol. Et pourtant, ce serait oublier le fait que cette fois, après deux loupés, le prototype a pu se poser.

Jusqu’ici, tout va bien. // Source : Capture d’écran Numerama

Une fusée déformée et abîmée à l’atterrissage ?

Mais au-delà de la lecture que l’on peut avoir de l’évènement (pour Elon Musk, il ne faut pas perdre de vue que le Starship SN10 a atterri en un seul morceau, sans être détruit tout de suite), se pose la question de savoir ce qui a causé la perte du lanceur. À cette heure, ni SpaceX ni Elon Musk n’ont apporté d’éclaircissements sur les circonstances de cette explosion soudaine, post-atterrissage.

Chez les passionnés de la conquête spatiale, il a été fait observer que si le Starship SN10 s’est posé sans encombre, la fusée n’était pas tout à fait droite sur son pas de tir. Elle avait une légère inclinaison, suggérant un problème au niveau du train d’atterrissage. Des vidéos plus détaillées des pieds sous la fusée ont avancé qu’ils ont été endommagés lors de l’atterrissage ou lors de leur activation.

Un train d’atterrissage défectueux est une cause crédible qui peut expliquer l’angle pas tout à fait correct du SN10 au sol. Ce manque de verticalité suggère aussi qu’il y a pu y avoir aussi des déformations de la structure. Déformations qui ont peut-être abîmé des compartiments sensibles et explosifs de l’engin. Surtout s’il s’avère que le SN10 avait une vitesse un peu trop élevée par rapport à ce que SpaceX prévoyait.

Selon des informations obtenues par Ars Technica, l’accident pourrait avoir été causé par la fuite d’une vanne défaillante ou endommagée à la suite de l’atterrissage. Celle-ci aurait laissé échapper du méthane, un gaz hautement inflammable. Si un feu couvait non loin, il ne pouvait guère se produire d’autres scénarios qu’une spectaculaire explosion. Surtout s’il reste par ailleurs encore du carburant.

« Notez qu’il y a une explosion d’oxygène liquide avant de voir la combustion », a-t-il aussi été relevé sur les réseaux sociaux, pendant une analyse pratiquement image par image de la fusée au moment de sa destruction. L’oxygène liquide entre dans la composition du carburant utilisé par SpaceX . Et Ars Technica rappelle qu’il est difficile de faire fonctionner des vannes de carburant à des températures cryogéniques.

explosion Starship SN10
Aïe. // Source : Nasa Spaceflight

Il reste à savoir si SpaceX fournira effectivement des explications, ce qui n’est pas acquis : après tout, il ne s’agit que d’un prototype d’essai et l’entreprise américaine n’entend peut-être pas communiquer sur ce qu’il advient pour ces engins dont le taux de perte est élevé et qui ne sont que des étapes temporaires en attendant d’arriver à une fusée fin prête et parée à l’emploi.

Une chose est sûre, SpaceX a encore du travail avec le Starship. Néanmoins, l’entreprise a assurément accompli une avancée importante en réussissant cette fois à rallumer les trois moteurs en fin de vol, et à atterrir. C’est d’autant plus remarquable que cela survient après trois essais seulement en haute altitude, à plusieurs kilomètres de haut — jusqu’à présent, les essais précédents étaient bien plus modestes et simples.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo