Toutes les technologies embarquées à bord du rover martien Perseverance ne sont pas forcément récentes. L'astromobile est ainsi équipé d'un processeur qui se trouvait déjà dans l'iMac G3 en 1998. Le composant est plébiscité par la Nasa pour sa fiabilité.

Le rover Perseverance embarque de nombreux instruments sophistiqués pour observer, écouter, forer et stocker sur Mars. Néanmoins, tous ses composants ne sont pas forcément extrêmement récents : le « cerveau » de l’astromobile de la Nasa embarque le même processeur que celui qui se trouvait à l’intérieur de l’iMac G3 en 1998, a repéré New Scientist le 26 février 2021.

Il suffit de faire un tour sur le site de la Nasa consacré à la mission Mars 2020 pour s’en assurer : il est précisé que le module informatique de Perseverance, composé de deux RCE (pour « Rover Compute Element ») intègre le processeur central PowerPC 750. Ce composant, répondant au nom de code Arthur, a été utilisé dans les iMac jusqu’en 2001.

Ce processeur se trouvait à l’intérieur de l’iMac G3. // Source : Flickr/CC/Carl Berkeley (photo recadrée)

Un composant qui a démontré sa fiabilité

Comme le souligne Engadget, ce processeur n’a pas une rapidité exceptionnelle, comparée aux technologies plus récentes.  Sur le site de la Nasa, on lit qu’il fonctionne à une vitesse allant jusqu’à 200 mégahertz (MHz), soit 10 fois la vitesse des ordinateurs des rovers martiens Spirit et Opportunity. Autrement dit, sa cadence lui permet d’effectuer jusqu’à 200 millions d’opérations à la seconde.

Cela peut sembler considérable, mais c’est en fait assez modeste au regard de la puissance des ordinateurs actuels.

Les machines pour le grand public atteignent aujourd’hui des cadences de l’ordre du gigahertz (GHz) sans difficulté. Par exemple, l’un de nos ordinateurs personnels tourne à 3,6 GHz (ce qui représente 3,6 milliards d’opérations à la seconde), grâce à un processeur AMD Ryzen 7 3700X et ses huit cœurs. Cela donne illustre bien l’évolution de l’informatique en vingt ans, avec une puissance multipliée par dix-huit.

Les processeurs ont fortement progressé en l’espace de vingt ans. // Source : Intel

Néanmoins, ce n’est pas cet aspect qui semble avoir motivé la Nasa à intégrer ce matériel à son rover. L’agence spatiale paraît surtout attachée à utiliser des composants qui ont fait preuve de leur robustesse par le passé. Or, le PowerPC 750 a démontré sa fiabilité sur ce point.

Pour les applications militaires et spatiales, la Nasa choisit souvent d’utiliser le RAD750, un ordinateur fondé sur le processeur PowerPC 750, capable de résister à des conditions extrêmes. Le processeur installé dans Perseverance peut ainsi supporter une température allant de -55 à -125° C. Actuellement, le RAD750 équipe environ 100 satellites en orbite autour de la Terre, où il est toujours fonctionnel, selon Engadget. Le rover Curiosity, l’autre astromobile martien actif de la Nasa, est aussi équipé d’un RAD750 et du processeur PowerPC 750.

Le « cerveau » de ces rovers est évidemment essentiel pour le fonctionnement de leurs instruments mobiles, ainsi que pour les échanges de commandes et de données scientifiques au cours de la mission. Pour rappel, Perseverance a pour objectif principal de collecter des échantillons du sol martien, puis de les stocker, dans la perspective de leur retour sur Terre. Ainsi, il pourrait être possible de découvrir enfin si la planète rouge a été habitable par le passé.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo