L'apparition du pouce a généré une révolution culturelle importante chez les hominidés, façonnant les développements d'Homo sapiens.

Notre corps humain est le fruit d’une longue évolution. Y compris pour nos pouces. Ces extrémités ont même représenté un avantage adaptatif clé dans notre histoire. Leur dextérité nous permet de « saisir » efficacement les objets, ce qui a joué un rôle dans notre capacité à fabriquer et à utiliser des outils. Une étude parue le 28 janvier 2021 dans Current Biology retrace l’histoire de la dextérité de ce doigt chez les hominidés.

Leur analyse permet de remonter la dernière évolution biologique ayant augmenté la dextérité du pouce des hominidés à 2 millions d’années. C’était bien avant l’apparition de notre espèce, Homo sapiens, il y a quelque 300 000 ans. Il y a eu, avant notre espèce et en parallèle de son développement, l’Homo naledi, l’Homo habilis, l’Homo erectus, Homo néandertalis, l’Homo denisovensis. Nous partageons donc, avec tous ces hominidés apparus récemment, cette évolution majeure du pouce.

Si l’on en croit ces travaux, les hominidés plus anciens — les Australopithèques, apparus il y a plus de 4 millions d’années — n’ont probablement pas disposé de cet avantage évolutif. Plus précisément, la dextérité de leur pouce était déjà bien avancée dans l’histoire de l’évolution, car ils utilisaient déjà des outils en pierre, comme l’avaient montré de précédentes études. En revanche, cette dextérité était « moins prononcée » — leur pouce est plus proche de celui des chimpanzés que des humains.

Ce qu’a changé le pouce opposable

L’évolution du pouce, il y a 2 millions d’années, a conduit spécifiquement au pouce opposable, c’est-à-dire la possibilité de facilement toucher les autres doigts avec le pouce. C’est ce qui apporte une faculté développée de préhension (capacité de saisir quelque chose, sans que l’objet saisi ne tombe), transformant la main en une forme de pince longue et solide.

La dextérité humaine du pouce est plus importante que chez le chimpanzé. // Source : Current Biology

On pensait précédemment que l’émergence du pouce opposable était corrélée avec l’émergence de la fabrication d’outils en pierre ; mais la datation apportée par cette étude montre que la fabrication d’outils en pierre, chez les Australopithèques, remonte avant cette évolution. Selon les auteurs de l’étude parue dans Current Biology, l’avantage évolutif conféré par l’évolution du pouce n’est pas ce qui a permis l’usage des outils : c’est ce qui a permis de renforcer cet usage. Cette évolution aurait effectivement constitué une transition importante, si ce n’est une révolution, dans les modes de vie, les usages culturels.

« Une dextérité manuelle accrue sous la forme d’un pouce opposable efficace fut parmi les premières caractéristiques de notre lignée, apportant un avantage adaptatif formidable à nos ancêtres, écrit Katerina Harvati, l’une des anthropologues à l’œuvre dans cette étude. C’est très probablement un élément crucial mettant en évidence le développement d’une culture complexe, au cours des 2 derniers millions d’années, façonnant notre évolution bioculturelle. »

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo