De nouvelles observations de la nébuleuse IRAS 00500+6713 révèlent les propriétés étonnantes de ce qui semble être son étoile centrale. L'astre, probablement né de la fusion de deux naines blanches, pourrait être un nouveau type d'étoile.

Les scientifiques seraient-ils face à un nouveau type d’étoile ? Les observations d’un objet inhabituel laissent entrevoir cette possibilité, a relayé Nature le 4 janvier 2021. L’étude scientifique, elle, a été publiée dans Astronomy & Astrophysics le 14 décembre.

L’astre est situé dans la nébuleuse IRAS 00500+6713, déjà décrite en 2019. Les scientifiques se sont penchés sur cette structure ainsi que sur J005311, qui semble être son étoile centrale. « IRAS 00500+6713 est composé d’une étoile centrale noyée dans une nébuleuse circulaire », décrivent les chercheurs dans Astronomy & Astrophysics. L’étoile parait riche en oxygène et surprend par la « vitesse record » de ses vents stellaires. Celle-ci est estimée à 16 000 kilomètres par seconde, relève Gizmodo. L’astre pourrait être né lors d’une fusion entre deux naines blanches, des étoiles denses (qui représentent le dernier stade d’évolution des étoiles peu massives).

Images de IRAS 00500+6713. // Source : Astronomy & Astrophysics

L’intérêt de cet objet atypique, et de la nouvelle étude qui explore ses propriétés, est de mettre en évidence des indices d’un scénario plutôt surprenant : celui où des explosions, de même type que les supernovae, pourraient se produire sans aboutir à la destruction totale de l’objet qui a explosé.

Cet astre instable pourrait finir par s’effondrer

IRAS 00500+6713 a vraisemblablement connu ce qu’on appelle une supernova thermonucléaire (ou supernova de type Ia), un des deux types de supernovae. Ces explosions se produisent dans des systèmes multiples, contenant au moins une naine blanche. Néanmoins, dans le cas de IRAS 00500+6713, l’explosion ne parait pas avoir été suffisante pour détruire le système, mais aurait au contraire abouti à la création d’un nouvel objet céleste inconnu jusque là.

Pour étudier la nébuleuse IRAS 00500+6713 et son étoile centrale, les scientifiques ont observé dans le domaine des rayons X à l’aide de XMM-Newton, un observatoire spatial de l’ESA. Les émissions de l’étoile J005311 ont laissé supposer qu’elle devait être issue de la rencontre de deux naines blanches, de par leur aspect inhabituel. Comme le souligne Nature, la présence du néon et de l’oxygène dans la composition chimique de l’astre ouvre cette hypothèse qu’il soit le produit de deux naines blanches.

Cette possible étoile, jugée instable, pourrait finir par s’effondrer pour devenir une étoile à neutrons, 10 000 ans après sa naissance. « Au cours de cet événement, IRAS 00500+6713 produira sa deuxième supernova », prévoient les scientifiques.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo