Des scientifiques avancent le premier indice de la détection d'une exoplanète grâce à un signal radio. Cela reste néanmoins à confirmer.

Ce pourrait être la première émission radio détectée d’une planète située en dehors du système solaire. Dans une étude de la revue Astronomy & Astrophysics, une équipe de scientifiques explique le 16 décembre 2020 avoir détecté des ondes radio en provenance de la constellation du Bouvier. Ils soupçonnent que leur origine serait une exoplanète.

« La détection directe des champs magnétiques exoplanétaires est demeurée insaisissable malgré des décennies de recherche, rappellent les auteurs. Toutes les planètes de notre système solaire, à l’exception de Vénus, ont ou ont eu un champ magnétique », et l’on pourrait donc s’attendre à ce que ce soit le cas pour de nombreuses exoplanètes, d’après les chercheurs. Réussir à détecter des planètes extrasolaires de cette manière serait une avancée non négligeable pour l’étude de mondes situés à des dizaines d’années-lumière de la Terre.

Un candidat prometteur

Le signal identifié provient d’un système stellaire nommé « τ Boötes » (ou Tau Bootis). Comme l’explique l’observatoire de Paris dans un communiqué parvenu à Numerama, le système contient une étoile binaire ainsi qu’une exoplanète géante gazeuse, située proche de son étoile, baptisée « τ Boötes b ». Cet astre décrit comme un « Jupiter chaud » était soupçonné, en théorie, être un candidat prometteur pour la détection d’ondes radio.

Représentation de l’exoplanète dans le système Tau Bootis. // Source : Jack Madden/Cornell University

C’est le radiotélescope LOFAR (pour LOw Frequency ARray, ou « grille à basse fréquence »), dont les antennes sont réparties en Europe et qui est exploité aux Pays-Bas, qui a été mobilisé. L’instrument permet d’observer de la lumière à basse énergie, invisible pour les télescopes optiques. LOFAR a permis de détecter des ondes radio provenant de la constellation du Bouvier. L’intensité du signal laisse penser aux scientifiques qu’il pourrait provenir de l’exoplanète τ Boötes b.

Vers un nouveau champ de recherche ?

Deux ans plus tôt, les mêmes scientifiques avaient utilisé LOFAR pour observer un astre plus proche, la planète Jupiter : les émissions radio de la planète ont été utilisées pour voir à quoi pourraient ressembler les signaux semblables d’une exoplanète lointaine, comparable à Jupiter. En exploitant près de 100 heures d’observations de τ Boötes b dans le domaine radio, les chercheurs ont retrouvé la signature attendue. Le signal radio de Jupiter, mis à l’échelle d’une planète bien plus éloignée, a en quelque sorte servi de « patron », décrit l’observatoire de Paris.

Le signal radio est cependant assez faible. Pour l’instant, il n’est pas possible de dire avec certitude qu’il vient bien de l’exoplanète. Les scientifiques ont entamé une nouvelle campagne d’observations de τ Boötes b à l’aide de divers radiotélescopes, pour tenter de le vérifier. « La détection des émissions radio des exoplanètes ouvrira un nouveau champ de recherche dynamique », anticipent les chercheurs. Détecter les champs magnétiques de planètes extrasolaires pourrait s’avérer fort utile pour mieux connaître des paramètres comme la structure interne ou même la potentielle habitabilité de telles exoplanètes.

Crédit photo de la une : Wikimedia/CC/ESO/L. Calçada (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo