Le candidat vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford aurait une efficacité moyenne de 70 %. Ces résultats intermédiaires prometteurs sont annoncés alors que Pfizer et Moderna ont déjà revendiqué des efficacités supérieures pour leurs propres candidats vaccins.

« Une efficacité moyenne de 70 % » : le 23 novembre 2020, AstraZenca a présenté en ces termes de nouveaux résultats intermédiaires dans la recherche d’un vaccin contre la maladie Covid-19, développé conjointement avec l’université d’Oxford.

Les résultats avancés peuvent sembler moins convaincants que ceux annoncés récemment par d’autres groupes. Début novembre, Pfizer annonçait que son candidat vaccin était efficace à plus de 90 %. Quelques jours plus tard, Moderna présentait ses propres résultats, avec une efficacité encore supérieure, estimée à plus de 94 %. Dans tous les cas, il faut bien noter qu’il s’agit de résultats préliminaires.

Par ailleurs, il faut souligner qu’une efficacité de 70 % (le taux est basé sur le nombre de personnes qui contractent le virus, parmi celles vaccinées) est déjà prometteuse en soi. Aux États-Unis, la FDA (Food and Drug Administration, ou « Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux ») s’attend à ce qu’un vaccin contre la Covid-19 soit en mesure de prévenir la maladie ou de diminuer sa sévérité chez au moins 50 % des personnes vaccinées.

Illustration d’un vaccin contre le coronavirus. // Source : Pexels/Nataliya Vaitkevich (photo recadrée)

« Des résultats positifs de haut niveau d’une analyse intermédiaire des essais cliniques sur l’AZD1222 [ndlr : nom du candidat vaccin] au Royaume-Uni et au Brésil ont montré que le vaccin était très efficace pour prévenir la Covid-19, le paramètre principal, et aucune hospitalisation ou cas grave de la maladie n’a été signalé chez les participants qui ont reçu le vaccin. Il y avait un total de 131 cas de Covid-19 dans l’analyse intermédiaire », peut-on lire dans le communiqué d’AstraZeneca. Les essais préliminaires portent sur plus de 20 000 participants.

Deux schémas posologiques

Deux « schémas posologiques » ont été appliqué, détaille le groupe.

  • Dans un cas, le vaccin était administré d’abord en « demi-dose », puis administré en « dose complète » un mois après. AstraZeneca rapporte ici une efficacité vaccinale de 90 %.
  • Dans l’autre schéma, le vaccin était administré en doses complètes à deux reprises, séparées là aussi par un mois de délai. Ici l’efficacité a été estimée à 62 %.

« L’analyse combinée des deux schémas posologiques a abouti à une efficacité moyenne de 70 % », écrit AstraZeneca dans son communiqué. Le groupe, qui ne donne pas d’autres détails, note que l’analyse complète des résultats intermédiaires est soumise pour une publication dans une revue scientifique (sans préciser toutefois laquelle). AstraZeneca indique que son vaccin pourrait être conservé, transporté et manipulé relativement facilement, car il ne nécessiterait que d’être réfrigéré dans un environnement entre 2 et 8°C. À titre de comparaison, le candidat vaccin de Pfizer présente l’inconvénient de devoir être stocké à très basse température (-70°C).

Le groupe AstraZeneca avait dû cesser temporairement ses essais de vaccin contre le coronavirus en septembre dernier, pendant quelques jours. Les essais cliniques avaient pu ensuite reprendre, l’autorité de réglementation sanitaire des médicaments du Royaume-Uni (Medecines and Healthcare products Regulatory Agency, ou MHRA) ayant alors estimé que le vaccin était sûr.

D’autres essais cliniques sont en cours aux États-Unis, au Japon, en Russie, en Afrique du Sud, au Kenya et en Amérique latine, précise AstraZeneca. Le groupe indique vouloir ainsi mener ses essais sur plus de 60 000 participants.

Crédit photo de la une : Pexels/Karolina Grabowska

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo