Depuis deux ans, le télescope TESS de la Nasa scrute le ciel en quête d'exoplanètes. Ses observations ont permis d'obtenir un somptueux panorama du ciel de l'hémisphère nord.

208 images ont été assemblées pour dresser un nouveau panorama du ciel de l’hémisphère nord. Après deux ans d’observations, les données du télescope TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite, soit « satellite de recensement des exoplanètes en transit ») ont permis d’obtenir la mosaïque présentée le 5 octobre 2020 par la Nasa.

Lancé en avril 2018, le télescope spatial est toujours opérationnel. Son objectif principal est la détection d’exoplanètes, grâce à la méthode des transits : lorsqu’une exoplanète passe devant son étoile, elle fait baisser légèrement sa luminosité. TESS observe les étoiles et repère ces infimes modifications dans leur éclat. Près de trois quarts des 4 300 exoplanètes connues à ce jour ont été découverts avec cette méthode. L’instrument a déjà imagé environ 75 % du ciel. Ses données aident aussi à étudier les variations des étoiles et les supernovæ (les explosions d’étoiles arrivées en fin de vie).

Les images apparaissent dans l’ordre où TESS les a prises. // Source : NASA/MIT/TESS and Ethan Kruse (USRA)

Encore de nombreuses exoplanètes candidates

À ce jour, TESS a permis de découvrir 74 exoplanètes. D’autres mondes détectés par l’instrument sont prometteurs : les astronomes ont 1 200 exoplanètes candidates à étudier d’un peu plus près dans les données transmises par l’appareil. Plus de la moitié de ces exoplanètes potentielles se trouvent dans le ciel observé depuis l’hémisphère nord, celui que l’on voit sur la mosaïque.

Même si ce panorama est impressionnant, il ne rend pas suffisamment compte de la quantité d’informations envoyées par le télescope. Chaque hémisphère de la voute céleste est divisé en 13 secteurs, tous photographiés par TESS pendant un mois à l’aide de quatre caméras différentes (pour un total de 16 capteurs). Jusqu’à aujourd’hui, TESS a transmis plus de 40 téraoctets de données.

Position de plus de 600 exoplanètes candidates identifiées par TESS. // Source : NASA/MIT/TESS and Ethan Kruse (USRA)

TESS a entamé sa mission étendue : en quoi consiste-t-elle ?

Et ce n’est pas fini : TESS, qui a achevé sa mission primaire, entre maintenant dans sa mission étendue. Cela signifie que le télescope va repasser une deuxième fois sur l’hémisphère nord et l’hémisphère sud. Il observera à nouveau les exoplanètes découvertes, pour tenter de combler les lacunes éventuelles dans les données. Qui sait, il en découvrira peut-être de nouvelles.

Le télescope a également permis d’obtenir une mosaïque du ciel de l’hémisphère sud, qui couvre une plus grande portion de ciel que celle du nord. Pourquoi une telle différence ? Comme l’explique la Nasa, pour la moitié des zones du ciel de l’hémisphère nord observées, il a fallu incliner les caméras de manière à limiter les effets de la lumière diffusée par la Terre et la Lune. Vous pouvez admirer les images du ciel de l’hémisphère sud sur ce site de la Nasa.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo