SpaceX a mis en orbite le télescope spatial TESS, qui succède à Kepler. Pendant deux ans, TESS observera des milliers d'étoiles situées à moins de 200 années-lumière et tenter de repérer autour des exoplanètes.

Mise à jour – Mission accomplie pour SpaceX. Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’entreprise américaine a procédé avec succès à la mise en orbite du télescope spatial TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), qui aura pour mission de repérer de nouvelles exoplanètes, y compris des mondes proches de la Terre.

Au passage, SpaceX en a profité pour récupérer le premier étage du lanceur Falcon 9, ce que la société avait annoncé en amont du vol.

Quelle est la mission ?

Gros enjeu que représente la mission TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) pour la Nasa. L’agence spatiale américaine doit en effet renouveler ses capacités de recherche d’exoplanètes, car le télescope spatial Kepler, qui a été lancé en 2009, arrive en fin de carrière, du fait de l’épuisement de son carburant. Un nouveau télescope spatial, TESS, a donc été construit, pour prendre la suite.

Cet appareil repose sur le même principe que Kepler, à savoir l’étude photométrique des étoiles, ce qui permet ensuite aux astronomes de tirer des conclusions selon l’intensité et la variabilité de la lumière. En effet, via la méthode des transits, qui consiste à détecter le passage d’une planète devant son astre à plusieurs reprises, diverses déductions peuvent être faites sur ce monde.

L’orbite, la masse et le diamètre de la planète peuvent ainsi être calculés à partir de ce que l’on sait de l’étoile — plus ses caractéristiques sont connues et plus il est aisé de savoir ce qui gravite autour d’elle — et il est possible de déterminer si elle se trouve dans la zone habitable, c’est-à-dire une zone où les conditions favorables à l’apparition la vie telle qu’on la connaît sur Terre sont réunies.

La durée de la mission de TESS est fixée à deux ans. Le satellite va surveiller plus de 200 000 étoiles et il est estimé que le satellite va découvrir au cours de sa carrière plusieurs milliers de nouvelles exoplanètes, dont quelques dizaines voire quelques centaines auront des dimensions très proches de celles de la Terre. Il va pour cela balayer 90 % du ciel, mais à une profondeur de moins de 200 années-lumière.

Un dossier de presse est mis à disposition par SpaceX.

Quand ?

Le grand jour était fixé initialement au lundi 16 avril depuis le pas de tir 40 de la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride. Localement, la fenêtre de mise à feu s’ouvre à 18h32.

Cependant, SpaceX a annoncé le report de la mission au mercredi 18 avril afin de procéder à des analyses additionnelles sur le guidage, la navigation et le contrôle du lanceur Falcon 9 qui doit être utilisé pour ce vol.

Pour les Français et les Françaises vivant en Métropole qui souhaitent assister en direct au décollage, sachez que le décalage horaire est de six heures. En clair, il faudra veiller dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 19 avril, à partir de 00h51.

Revoir le lancement

Comme toujours avec SpaceX, le lancement pouvait être suivi en direct sur le site officiel mais aussi sur sa chaîne YouTube. Il est désormais possible de revoir la mission avec le replay.

Partager sur les réseaux sociaux