Le Soleil a été observé avec un niveau de précision sans précédent pour un télescope situé en Europe. Grâce au télescope solaire GREGOR, on peut voir des détails qui représentent à peine 50 km à la surface de l'étoile.

Jamais le Soleil n’avait été observé aussi précisément depuis l’Europe. Le 1er septembre 2020, l’institut Leibniz pour la physique solaire a présenté les images obtenues par le télescope solaire GREGOR, situé à l’observatoire du Teide dans les îles Canaries.

Grâce à cette installation, les scientifiques peuvent obtenir une vue précise de l’astre, en voyant des éléments de détails qui font 50 km à la surface du Soleil. C’est très petit, comparé au diamètre de l’étoile, qui mesure quasiment 1,4 million de kilomètres. Dans son communiqué, l’institut Leibniz pour la physique solaire compare cela au fait de voir une aiguille posée sur un terrain de football, à une distance d’un kilomètre.

L’exploit est différent de celui qui a été réalisé par la sonde Solar Orbiter récemment. Le satellite d’observation de l’Agence spatiale européenne a obtenu les images les plus rapprochées de l’étoile (à 77 millions de kilomètres). Ici, le télescope GREGOR observe le Soleil depuis la Terre, donc de plus loin (150 millions de kilomètres).

Une tache solaire observée par GREGOR. // Source : KIS

Cette chose étrange qui bouge est une tache solaire

Les images de GREGOR permettent de voir l’évolution de ce que l’on appelle des taches solaires, des régions de la surface de l’étoile caractérisées par une température moins élevée que leur environnement. Les taches solaires sont associées à des champs magnétiques très intenses. On sait que les éruptions solaires viennent principalement de ces régions. Connaître l’évolution de ces taches aide à mieux comprendre le cycle solaire.

Obtenir ces clichés n’a pas été chose aisée. En mars, les scientifiques ont beaucoup avancé dans leurs travaux, alors qu’ils étaient bloqués à l’observatoire pendant le confinement. Cependant, des tempêtes de neige ont perturbé les observations du Soleil. Après la réouverture des frontières espagnoles, les chercheurs sont revenus à l’observatoire pour enfin capturer ces images.

Inauguré en 2012, le télescope GREGOR a entamé une remise à niveau complète il y a deux ans. Son optique, ses instruments et sa mécanique (pour réduire les vibrations) ont été revues. Désormais, les scientifiques ont a leur disposition un télescope solaire terrestre puissant pour en apprendre davantage sur le Soleil, notamment sur ses champs magnétiques, les éruptions ou les taches solaires.

Les structures des champs magnétiques révélées par GREGOR. // Source : KIS

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo