Le projet « A Guide to the Birdsong » mobilise la musique pour attirer l'attention sur les oiseaux en voie d’extinction ou menacés.

Attirer l’attention du monde sur l’extinction massive qui touche la biodiversité est une nécessité. Il existe plein de façons de le faire. L’art en est une, aussi poétique que pertinente. Le musicien et écologiste Robin Perkins est à l’origine d’un projet musical sorti en juin 2020 : l’album A Guide to the Birdsong of Mexico, Central America & the Caribbean. On y trouve 10 titres issus de musiciens et de musiciennes d’Amérique centrale. Chacun de ces titres comporte le chant d’un oiseau régional menacé, en voie de disparition ou en danger d’extinction.

«  Je crois au pouvoir de la musique pour changer le monde » et « délivrer des messages », explique Robert Perkins dans une vidéo postée sur la chaîne YouTube de son groupe. Cet album est le deuxième volume de ce projet visant à mettre en musique le chant d’oiseaux menacés. Il fait suite à A Guide to the Birdsong of South America, qui avait été mis en œuvre grâce à du financement participatif. Les bénéfices des ventes du premier comme du second opus sont reversés à des organisations visant à protéger ces oiseaux (comme l’Association ornithologique du Costa Rica, ou encore BirdsCaribbean).

Des oiseaux qui ont du rythme

Un tiers des espèces d’oiseaux d’Amérique centrale sont en danger d’extinction, rappelle Robert Perkins. Les observations scientifiques confirment que le niveau de menace dans la région est croissant. C’est ainsi que, par exemple, le morceau Black Catbird contient le chant du Moqueur noir, une espèce tropicale menacée par la disparition toujours plus massive de son habitat. Sa population est en déclin constant.

Dans le titre Momoto Carenado, l’artiste Tamara Montenegro met en avant la musique du Motmot à sourcils bleus. « Enfant, je voyais cet oiseau voler librement et rencontrer son partenaire — ils voyagent en couple la plupart du temps — dans mon jardin pour les couchers de soleil. C’était un moment magnifique et mystique chaque jour », a-t-elle expliqué. Dans le cas de cette espèce, elle est pour l’instant en danger très mineur, mais la déforestation croissante soulève de plus en plus d’inquiétudes : le Motmot habite dans les milieux buissonnants et les forêts aux grands arbres fins, très touchées par ces pratiques.

Le projet dans son ensemble est un vrai plaisir musical — on est charmé par ces chants d’oiseaux mis en rythme dans des morceaux originaux de musique tropicale. Mais il délivre aussi un message fort en créant un lien entre les musiciens, les auditeurs/auditrices et les oiseaux concernés. A Guide to the Birdsong of Mexico, Central America & the Caribbean coûte 12 dollars à l’achat si vous souhaitez participer au projet, et il est également disponible sur les plateformes de streaming musical comme Spotify.

Crédit photo de la une : Robert Perkins

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo