La Lune se serait formée il y a 4,425 milliards d'années. C'est presque 100 millions d'années plus tard que ce que l'on pensait. Déterminer l'ancienneté du satellite naturel de la Terre avec exactitude est un défi pour les scientifiques.

La Lune se serait finalement formée plus tard qu’on ne le pensait. Dans une étude de la revue Science Advances, publiée le 10 juillet 2020, des scientifiques estiment que le satellite naturel de la Terre aurait presque 100 millions d’années de moins que prévu.

L’astre se serait formé il y a 4,425 milliards d’années (avec une incertitude de 25 millions d’années), selon les auteurs qui estiment que leurs analyses fournissent « un âge robuste et précis pour l’impact de formation de la Lune ». Ils ajoutent que cette nouvelle estimation « relie également cet événement de manière cohérente à la différenciation de la Terre et à l’évolution dynamique du système solaire interne ».

La nouvelle estimation vient donc bousculer les conclusions d’une précédente étude : il y a un an, d’autres chercheurs avançaient que la Lune était plus vieille que prévu, car âgée de 4,51 milliards d’années. L’ancienneté de la Lune est l’objet d’un débat, crucial pour en savoir davantage sur notre propre planète. La Lune et la Terre sont intimement liées.

Un fin croissant de Lune. // Source : Pixabay (photo recadrée)

Un scénario reconnu, mais une temporalité qui fait débat

« Un impact géant sur la Terre a conduit à la formation de la Lune, a formé un océan magmatique lunaire et a déclenché le dernier événement de séparation du noyau sur Terre. Néanmoins, le moment et le lien temporel de ces événements restent incertains », écrivent les scientifiques. Ils font référence à l’hypothèse de l’impact géant, un événement lors duquel la jeune Terre aurait été percutée par une protoplanète de la taille de Mars, nommée Théia. Les débris (une partie du manteau terrestre) se seraient agglomérés pour former la Lune.

Si ce scénario semble admis comme l’un des plus robustes, les scientifiques ont du mal à s’accorder sur le moment auquel l’événement est survenu. La nouvelle étude estime que l’impact s’est produit 140 millions d’années après la naissance du système solaire.

Retracer l’évolution de l’océan magmatique lunaire

Dans le scénario de l’impact géant, un océan magmatique de 1 000 km de profondeur se serait formé sur la Lune. Combien de temps a-t-il fallu pour que cet océan se solidifie complètement ? C’est la réponse à cette question qui peut permettre d’obtenir plus précisément l’âge de la Lune. Les scientifiques ont conçu un modèle informatique, fondé sur les processus qui ont permis au magma de se solidifier. Cette solidification aurait pris 200 millions d’années, soit bien plus longtemps que de précédentes études le supposaient (35 millions d’années).

Les auteurs ont estimé comment changeait la composition de l’océan magmatique, au fur et à mesure du processus de solidification. « En comparant la composition des roches de la Lune avec la composition prédite de l’océan magmatique de notre modèle, nous avons pu retracer l’évolution de l’océan jusqu’à son point de départ, le moment où la Lune s’est formée », résume Sabrina Schwinger du German Aerospace Center et co-autrice de l’étude, dans un communiqué.

L’âge de la Lune est une donnée précieuse pour la connaissance de la Terre. Sa formation, désormais datée d’il y a 4,425 milliards d’années, parait correspondre à un autre événement : la formation du noyau de la Terre. Pour la première fois, l’âge de la Lune semble pouvoir être lié à un événement survenu à la fin de la formation de la Terre.

Crédit photo de la une : Pexels/Reynaldo (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo