Des échantillons prélevés par le rover Curiosity ont livré de nouveaux indices : selon des scientifiques, la planète Mars aurait pu connaître une période glacée par le passé.

Des indices d’une période glacée dans le passé de la planète Mars ont été relevés par le rover Curiosity. La Nasa a annoncé cette découverte le 19 mai 2020, détaillée dans une étude de la revue Nature Astronomy.

« Parce que le climat de Mars a peut-être été plus compatible avec la vie dans le passé lointain, un objectif clé de l’exploration de Mars a impliqué la recherche de composés organiques qui auraient pu soutenir une ancienne biosphère martienne », rappellent les auteurs du texte. Les appareils envoyés en orbite et à la surface de Mars ont déjà permis de découvrir que la planète devait posséder de l’eau liquide dans son passé. Des molécules organiques ont également été trouvées.

Mais l’histoire martienne reste encore incomprise : on ne sait pas si l’ancienne atmosphère de l’astre au pu être suffisamment chaude (et si elle l’a été suffisamment longtemps) pour favoriser la vie. On ne sait pas non plus si les composés organiques sont bien des signes de vie ou simplement le résultat de processus chimiques qui ont lieu sur Mars.

Illustration du cratère Gale rempli par un lac. // Source : NASA/JPL-Caltech/ESA/DLR/FU Berlin/MSSS (photo recadrée)

13 échantillons recueillis pendant 5 ans

D’après cette nouvelle étude, des minéraux logés dans le cratère Gale, le cratère d’impact dans lequel s’est posé Curiosity en août 2012, pourraient s’être formés dans un ancien lac couvert de glace. Si cette période glacée a bien existé, que sait-on elle ? Soit elle se serait produite entre deux phases plus chaudes de l’histoire martienne, soit elle aurait eu lieu au moment où la quasi-totalité de l’atmosphère martienne a été perdue dans l’espace.

L’hypothèse de cette ancienne ère glacée repose sur des extraits de dioxyde de carbone et d’oxygène, présents dans 13 échantillons de roches prélevés par le rover. Curiosity les a récupérés dans le cratère Gale, entre 2012 et 2017. Dans ce CO2, c’est le carbone qui intéresse particulièrement les chercheurs : ce qu’ils veulent savoir, c’est la manière dont le cycle du carbone a existé sur Mars. D’ailleurs, ce cycle du carbone est toujours à l’œuvre : son étude révèle des éléments sur le climat passé et actuel de la planète.

Des carbonates formés dans un lac gelé

On suppose que l’ancienne atmosphère de Mars était riche en dioxyde de carbone, et que des traces de ce COsont probablement encore stockées dans les roches de Mars, notamment sous forme de carbonates (des minéraux). D’après l’analyse des carbonates trouvés par Curiosity, les auteurs soupçonnent qu’il est possible qu’ils se soient formés dans un lac gelé.

Si Mars a bien connu cette phase froide, peut-on en déduire des éléments sur la possibilité que la vie ait existé sur l’astre ? Les scientifiques restent prudents dans leur conclusion : « Bien que la surface martienne soit actuellement inhospitalière à la vie terrestre, le fonctionnement de ces processus au cours de périodes plus anciennes et plus clémentes de l’histoire de Mars aurait pu générer des composés utiles pour soutenir une biosphère », écrivent-ils.

Partager sur les réseaux sociaux