Des corps spatiaux composés de glace et de roche, on connait. Mais fait de métal ? C'est l'objectif de la mission Psyché, qui débutera en 2022 et se placera en orbite en 2026 autour d'un astéroïde aux caractéristiques très particulières. Pour le décollage, la NASA fera appel à SpaceX et son lanceur lourd Falcon Heavy.

AFSPC-44, AFSPC-52 et Viasat-3 : voilà aujourd’hui les trois missions que SpaceX prévoit de réaliser prochainement avec son lanceur lourd, le Falcon Heavy. À cette liste, qui inclut deux satellites de télécommunications pour l’US Air Force et un satellite commercial pour Viasat, on peut désormais en inscrire une quatrième : Psyché. L’entreprise américaine a en effet annoncé un accord avec la NASA en ce sens.

Inutile toutefois de regarder votre agenda tout de suite : le décollage de Psyché, une sonde spatiale qui va partir à la rencontre d’un astéroïde situé entre Mars et Jupiter, n’est pas pour demain. La fenêtre de tir actuellement envisagée est pour juillet 2022. Le voyage lui-même sera très long, puisque la mise en orbite de la sonde autour de Psyché (la sonde et l’astéroïde portent le même nom) n’est prévu qu’en 2026.

Un monde de métal

Psyché intéresse énormément les planétologues car l’astéroïde est considéré comme le noyau d’une protoplanète. Il pourrait ainsi apporter des éclairages scientifiques sur le cœur des planètes du Système solaire, qui sont déjà constituées, mais dont l’accès est impossible. Le forage le plus profond est d’un peu plus de 12 km, ce qui est largement insuffisant pour percer la croûte terrestre.

«  Dans les profondeurs des planètes telluriques, y compris la Terre, les scientifiques déduisent la présence de noyaux métalliques, mais ils sont inatteignables, loin sous les manteaux et les croûtes rocheuses de la planète », remarque la NASA. « Comme nous ne pouvons pas voir ou mesurer directement le noyau de la Terre, la mission Psyché offre une fenêtre unique » sur le cœur des mondes.

Surtout, observe la NASA, Psyché est aussi « un nouveau type de monde : pour la première fois, il s’agit d’examiner un monde composé non pas de roche et de glace, mais de métal ».

Psyché
Une représentation artistique de Psyché. // Source : NASA

Dans le cas de Psyché, l’astéroïde est composé d’un alliage métallique mêlant du fer et du nickel. C’est aussi cette combinaison que l’on trouverait au centre de la Terre, mais aussi au cœur de Vénus ou Mars. L’une des questions à laquelle devra répondre la mission est le statut de Psyché : est-ce vraiment le noyau d’une protoplanète qui n’a pas pu aller à son terme ou un simple agrégat ?

La sonde embarquera des outils scientifiques (caméra multispectrale, spectromètre à neutrons et à rayons gamma, magnétomètre) qui doivent permettre de caractériser la topographie de l’astéroïde, déterminer l’âge des différentes régions qui le composent, détecter la présence d’autres éléments chimiques légers, et estimer les conditions dans lesquelles il a été formé. Autant d’informations qui permettront d’affiner ce que l’on peut inférer des noyaux des autres planètes.

Le décollage aura lieu en Floride, depuis Cap Canaveral.

Partager sur les réseaux sociaux