Un pic situé au milieu d'un cratère sur la Lune devrait faire l'objet d'une mission spatiale, selon des scientifiques. Cette montagne serait l'endroit idéal pour récupérer des échantillons et en tirer des informations sur l'apparition de la vie terrestre.

Une montagne située dans un cratère sur la Lune pourrait donner de précieuses informations sur la manière dont la vie est apparue sur Terre. Une équipe de scientifiques a expliqué pourquoi dans une étude, repérée par Vice le 9 décembre 2019, publiée dans la revue Journal of Geophysical Research : Planets le 20 novembre.

« Les plus grands bassins d’impact de la Terre ont disparu depuis longtemps à cause de la géologie active de notre planète, de la vie et de l’eau qui coule. Mais les grands cratères de la Lune sont bien conservés », écrivent les scientifiques. Leur attention se porte tout particulièrement sur le bassin des Crises, où se trouve la mer des Crises (Mare Crisium), sur la face visible de la Lune. La mer héberge le cratère Yerkes, dans lequel se trouve une montagne centrale.

L’emplacement de la Mer des Crises sur la Lune. // Source : Wikimedia/CC/Silvercat (photo recadrée)

Une histoire commune : qu’est-ce que le Grand bombardement tardif ?

« La Terre et la Lune partagent une histoire commune concernant l’époque de la formation des grands bassins, bien que seuls les enregistrements géologiques lunaires préservent un enregistrement notable de ce Grand bombardement tardif (GBT) », résument les auteurs de l’étude. Le Grand bombardement tardif est une phase théorique qui se serait produite il y a environ 4 milliards d’années, lors de laquelle il y aurait eu un pic d’impacts sur les surfaces planétaires. Ce sont les échantillons de roches lunaires rapportés par plusieurs missions Apollo qui ont permis d’émettre cette hypothèse.

Or, comme le soulignent les scientifiques, « l’émergence de la première vie sur Terre est à peu près contemporaine du Grand bombardement tardif ». Cela peut sembler paradoxal. « Comment la vie pourrait-elle commencer sur Terre il y a près de 4 milliards d’années si notre planète était constamment heurtée par des astéroïdes et des comètes ? », poursuivent les auteurs. Puisque les grands cratères de la Lune sont conservés, contrairement aux bassins d’impact sur la Terre, la solution pourrait être de chercher à dater la naissance des bassins lunaires. « Le bassin des Crises est l’un de ces grands bassins dont nous avons besoin d’obtenir l’âge », affirment les scientifiques.

Envoyer une mission au milieu du cratère Yerkes

Afin de savoir précisément quand s’est formé le bassin des Crises, il faut s’intéresser au probable impact qui a aboutit à sa naissance. C’est ici que la montagne située au cœur du cratère Yerkes peut jouer un rôle. Une partie de la roche qui a certainement fondu lors de l’impact pourrait être accessible à cet endroit, selon les scientifiques. Ils en concluent que c’est sur ce site qu’il faudrait envoyer des robots ou des humains pour récupérer des échantillons et déterminer enfin l’âge du bassin.

La mer des Crises photographiée pendant la mission Apollo 11. // Source : Flickr/CC/Justin Cowart (photo recadrée)

Afin de conclure que la montagne du cratères Yerkes était un site digne d’intérêt, les scientifiques ont eu recours aux images prises par la sonde spatiale Lunar Reconnaissance Orbiter. Cette sonde de la Nasa permet d’étudier la Lune depuis son orbite. À partir de ses photos, les chercheurs ont observé les lieux les plus intéressants, avant d’arrêter leur choix sur le pic du cratère Yerkes.

« Une mission — qu’elle soit humaine ou robotique — avec un atterrissage au sommet ou à la base du pic central du cratère Yerkes pourrait répondre le mieux possible à la question de l’âge de l’événement d’impact du [bassin des] Crises », concluent les scientifiques. Il serait ainsi possible de retracer l’histoire du bombardement qui a aussi probablement touché la Terre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo