Le grand jour approche pour Boeing. Le 19 décembre, l'entreprise américaine devra faire la démonstration d'un vol inhabité vers la station spatiale internationale.

Sauf coup de théâtre, c’est donc le 19 décembre qu’aura lieu le premier vol d’essai de la capsule inhabitée CST-100 Starliner de Boeing. Prévu au départ pour le 17, le décollage a dû être décalé de deux jours à cause d’un problème sur le système de purge d’air de la fusée, fait savoir la NASA dans un communiqué. Ce court délai est jugé suffisant pour que le constructeur aérospatial résolve le problème.

L’objectif avec ce vol est de rejoindre la station spatiale internationale (ISS). Ce test s’inscrit dans la montée en puissance de Boeing afin de devenir un partenaire fiable pour la NASA dans les rotations d’équipage de l’ISS. Les États-Unis souhaitent en effet ne plus se reposer sur leur partenaire russe, qui propose le Soyouz. Outre Boeing, SpaceX est l’autre prestataire privé qui pourra procéder à ces acheminements.

L’ISS se trouve à 400 km d’altitude et file à plus de 27 000 km/h. // Source : Nasa

S’arrimer à l’ISS et revenir sur Terre

Au début du mois de novembre, Boeing a testé avec succès un mécanisme d’annulation d’urgence en cas d’incident avant le décollage. Le dispositif consiste à propulser la capsule habitée (qui ne l’était pas lors du test) très loin de la zone pour mettre à l’abri l’équipage, si l’intégrité de la fusée était remise en cause. Cette fois, il faudra démontrer la capacité de la capsule à bien s’arrimer à l’ISS puis à s’en libérer et revenir sur Terre.

Le transport de la capsule Starliner sera assuré par le lanceur Atlas V, qui n’a plus rien à prouver. Depuis son premier vol en 2002, la fusée construite par l’United Launch Alliance, une coentreprise constituée de Boeing et Lockheed Martin, a procédé avec succès à des dizaines de missions. Le décollage aura lieu depuis la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride.

Partager sur les réseaux sociaux