La comète interstellaire Borisov a encore été photographiée. Alors que le visiteur s'approche du Soleil, les astronomes ont utilisé cette nouvelle image pour comparer la taille de l'objet, incluant sa traînée de poussière, à celle de notre planète.

La comète interstellaire Borisov s’approche de plus en plus du Soleil. Le visiteur, officiellement nommé 2I/Borisov, a été photographié une nouvelle fois, par des astronomes de l’université de Yale qui ont présenté leur image le 26 novembre 2019. Ils ont même réalisé un montage pour montrer la taille de la comète, à l’échelle, par rapport à la Terre.

Le voyageur extraterrestre continue d’avancer et devrait atteindre le point de sa trajectoire le plus proche de nous le 8 décembre prochain. Le noyau solide de Borisov ne fait pas plus d’1,6 kilomètre de largueur, mais la traînée de poussière laissée par la comète est impressionnante : elle mesure environ 161 000 kilomètres, soit bien plus que la taille de notre planète (dont le rayon fait 6 371 kilomètres). Lorsque cette image a été prise, Borisov se trouvait à un peu plus de deux fois la distance entre la Terre et le Soleil (estimée à 150 millions de kilomètres).

La nouvelle image de la comète Borisov et un montage pour comparer sa taille à celle de la Terre. // Source : Pieter van Dokkum, Cheng-Han Hsieh, Shany Danieli, Gregory Laughlin (image recadrée et modifiée)

Une impressionnante comète fantomatique

« Constater à quel point la Terre est petite à côté de ce visiteur venant d’un autre système solaire est une leçon d’humilité », a commenté Pieter van Dokkum, professeur d’astronomie et d’astrophysique à l’université de Yale, qui fait partie du groupe de chercheurs qui ont obtenu le cliché, cité dans un communiqué. Les chercheurs expliquent l’apparence « fantomatique » de la comète Borisov par le fait qu’elle est constituée de glace. Alors qu’elle s’approche du Soleil, la comète libère des gaz et des poussières.

D’après les astronomes, la comète Borisov a probablement été éjectée d’un autre système solaire, dans lequel elle s’est formée, après être entrée en collision avec un corps de ce système (peut-être une planète). Le passage d’un tel visiteur près de notre Soleil est une aubaine pour les scientifiques qui y voient l’opportunité d’étudier les caractéristiques et la formation d’autres systèmes. « Nous pouvons étudier le gaz et les matériaux entourant 2I/Borisov pour caractériser sa composition chimique et la comparer à d’autres comètes de notre système solaire », résume Pieter van Dokkum.

La position de la comète lorsque la photo a été prise. // Source : P. van Dokkum, G. Laughlin, C. Hsieh, S. Danieli/Yale University (photo recadrée)

Photographiée depuis Hawaï

La nouvelle image du visiteur interstellaire Borisov a été obtenue grâce à l’observatoire W. M. Keck, installé sur le mont Mauna Kea à Hawaï. C’est l’instrument LRIS (« Long Wavelength Spectrometer ») qui a été utilisé. Il sert à photographier des objets très lointains dans l’univers, comme des galaxies ou des quasars.

La comète Borisov est le deuxième visiteur interstellaire connu. Elle succède à Oumuamua, avec lequel elle a assez peu de points communs. Le nouveau voyageur interstellaire a été détecté bien plus tôt qu’Oumuamua, par rapport au moment de son approche. Lorsqu’Oumuamua avait été détecté, l’objet s’éloignait déjà de nous, ce qui explique sans doute pourquoi le débat sur l’origine de ce visiteur n’est toujours pas tranché.

Partager sur les réseaux sociaux