Virgin Orbit s'associe à des universités polonaises et à la société SatRevolution pour envoyer des satellites sur Mars. Ce serait la première mission commerciale de l'histoire vers Mars.

La société Virgin Orbit, dédiée au lancement de satellites, ne cache plus sa volonté de mettre Mars en ligne de mire. L’entreprise vient d’annoncer, ce 9 octobre 2019, la création d’un « consortium » pour la toute première mission commerciale vers la planète rouge. Et ce, dans la décennie à venir.

Dans un communiqué, Virgin Orbit explique qu’elle s’associe avec une douzaine d’universités polonaises et la société SatRevolution. Le but est d’envoyer un à trois véhicules satellitaires commerciaux sur Mars. Le principe serait de développer des modèles inspirés de CubeSat, un format de nanosatellites. « Les scientifiques et ingénieurs polonais sont prêts à développer la première mission CubeSat interplanétaire. (…) Le projet va accélérer le développement des petits satellites et d’instruments spatiaux légers », annonce le Président de SatRevolution. D’après VirginOrbit, l’avenir de l’exploration spatiale reposerait effectivement sur des satellites de 50 kg ou moins.

Virgin Orbit veut faire ses lancements depuis des avions, en haute altitude. // Source : Twitter / @Virgin_Orbit

L’exploration martienne ne sera bientôt plus réservée aux gouvernements ?

L’objectif des missions commerciales projetées par le consortium est très large : collecter des images de Mars et de sa lune Phobos, analyser l’atmosphère martienne et même « l’entreprise ambitieuse de rechercher des réservoirs d’eau souterrains ». D’après les recherches préliminaires de Virgin Orbit et de ses partenaires, l’utilisation de nanosatellites de type CubeSat faciliterait la réussite de telles missions.

L’idée n’est pas totalement nouvelle, il y a un précédent sur lequel les équipes du consortium peuvent se reposer. La récente mission InSight de la Nasa a justement atterri sur Mars en 2018 avec deux nanosatellites CubeSat à son bord. Ils ont fonctionné avec succès, une première pour l’envoi d’instruments aussi petits loin de la Terre.

Modélisation des CubeSat. // Source : NASA/JPL-Caltech

En plus des objectifs scientifiques, le consortium veut surtout marquer l’histoire et, si c’est une réussite, ce sera bel et bien le cas. Pour l’instant, l’exploration de notre planète voisine n’était conduite que par des agences spatiales gouvernementales comme la Nasa ou l’ESA. Ce serait donc la toute première mission purement commerciale, sans l’implication d’une agence, sur Mars. Relevons également qu’il s’agit pour l’instant du seul consortium de cette ampleur en la matière.

L’entreprise SatRevolution a déjà de l’expérience en matière de lancements satellitaires. En revanche, Virgin Orbit est à ses débuts. En juillet, la société avait réalisé un « drop test » réussi, en lâchant une fusée non fonctionnelle en haute altitude pour vérifier qu’elle se comporte comme prévu. Le premier véritable lancement devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année 2019.

Le projet est de lancer les futurs nanosatellites martiens, conçus par les universités et SatRevolution, à partir du lanceur léger LauncherOne, dont l’originalité est d’être un avion repensé. Le lancement se fait donc en altitude, une technique censée notamment abaisser les coûts. Pour un envoi dans l’espace, loin de la Terre, LauncherOne devra cela dit se munir d’un nouvel étage doté d’un moteur plus puissant. Aucune date précise n’est mentionnée. « Nous avons déjà constaté l’excellente utilité des petits satellites en orbite terrestre, et nous sommes ravis de commencer à proposer des lancements dédiés à l’espace profond », se réjouit le Vice-Président de Virgin Orbit Stephen Eisele.

Crédit photo de la une : Virgin Orbit

Partager sur les réseaux sociaux