La sonde InSight est destinée à explorer les profondeurs de la planète Mars, dans sa structure interne. Son sismomètre a détecté plusieurs séismes, mais aussi du vent et d'autres bruits. La Nasa vient de publier de nouveaux enregistrements, les plus nets jamais entendus.

La planète rouge nous livre progressivement ses secrets. Grâce aux nombreuses photographies fournies par des rovers comme Curiosity, nous connaissons assez bien à quoi ressemble la surface martienne. Dorénavant, l’immersion est encore plus grande : de nouveaux sons provenant de Mars ont été dévoilés par la Nasa, ce 1er octobre 2019, et ils sont plus nets que jamais.

Les données ont été transmises par la sonde InSight, développée par la Nasa. Il s’agit de la première mission d’exploration visant à mieux comprendre les profondeurs de Mars. La sonde est chargée d’analyser des éléments tels que la température ou le comportement géologique de la planète. Au cœur de cette exploration : la sismologie martienne. InSight embarque à son bord l’instrument français SEIS, un sismomètre ultrasensible.

InSight sur Mars. // Source : Flickr/CC/DLR German Aerospace Center

Sur Mars, une ambiance de séismes

La sonde InSight s’est posée sur Mars avec succès en novembre 2018, avant de déployer le fameux sismomètre en février 2019. C’est en avril que les premières de détection de signaux sismiques ont lieu. Le moment était important dans l’histoire de l’exploration martienne, puisque cela signifie que la planète est encore géologiquement active. Les séismes sont alors immédiatement surnommés « marsquake », en parallèle de « earthquake » (tremblement de terre).

La Nasa a récemment dévoilé les deux enregistrements les plus clairs et les plus forts de ces signaux, grâce auxquels on peut entendre assez nettement des séismes martiens.

La nature de ces signaux permet aux scientifiques de mieux comprendre la géologie martienne. Les deux enregistrements « suggèrent que la croûte martienne est comme un mélange entre celle de la Terre et celle de la Lune », précise le communiqué. Nous savons maintenant que sur Mars les ondes sismiques peuvent durer autour d’une minute, là où, sur Terre, elles peuvent aller et venir sur quelques secondes.

Les bruits sont différents selon l’horaire de la journée. La fin de journée est un moment spécifique : la perte de chaleur, avec l’arrivée de la nuit, provoque la contraction et la dilatation de certaines parties délicates du sismomètre. Résultat, on peut entendre des sons étranges que la Nasa surnomme des « dinks and donks » (tic tac). Le moment le plus propice à la détection nette d’ondes sismiques est le crépuscule, car, en journée, l’air est plus chaud et le vent crée donc plus d’interférences que pendant la nuit.

InSight peut détecter bien d’autres choses

Si de tels sons peuvent être clairement enregistrés, c’est parce que l’équipement de la sonde est très sensible. Cela signifie qu’InSight peut détecter bien d’autres choses encore qui se passent sur Mars, comme par exemple le vent, ou tout simplement la sonde en train de travailler. Pour les chercheurs et ingénieurs qui travaillent avec la sonde, la sensation d’être immergés sur la planète est plus forte que jamais. « Vous imaginez ce qui se passe vraiment sur Mars pendant qu’InSight est installé dans ce paysage », se réjouit Constantinos Charalambous, membre de l’équipe scientifique.

Tous ces sons ont été compilés par la Nasa en une vidéo YouTube commentée. Au fur et à mesure, il est indiqué si l’on entend des rafales de vent ou bien le bras robotique en train de bouger.

Les internautes ne manquent pas de faire part de leur fascination en écoutant ces captations dans les commentaires : « C’est une autre planète… C’est tellement cool d’y penser », « Le bruit de fond ressemble à une planète où Kirk et Spock viennent juste d’atterrir ». La sonde InSight va continuer son exploration de la planète rouge dans les mois à venir, pour nous permettre de la comprendre toujours un peu plus.

Crédit photo de la une : NASA/JPL-Caltech

Partager sur les réseaux sociaux