Le fonctionnement de la bactérie Prochlorococcus est altéré en présence de plastique, ont découvert des biologistes. C’est inquiétant : cet organisme produit une bonne partie de l’oxygène que nous respirons.

La pollution plastique ne menace pas seulement les baleines et crustacés de l’océan. Elle nuit aussi à une bactérie présente dans les écosystèmes marins qui produit une partie de l’oxygène nous permettant de respirer. Des biologistes ont présenté cette découverte dans la revue Communications Biology le 14 mai 2019.

Les scientifiques se sont penchés sur le cas des bactéries « Prochlorococcus » : ce sont des cyanobactéries, aussi connues sous le nom d’ « algues bleues ». Les Prochlorococcus vivent en milieu marin et ont recours à la photosynthèse (l’absorption de dioxyde de carbone et le rejet d’oxygène). Cette minuscule bactérie est abondante et responsable de 5 % de la photosynthèse mondiale. Elle joue un rôle important pour assurer le cycle du carbone sur Terre.

Des cultures de Prochlorococcus (dans les deuxième et troisième tube à gauche). // Source : Wikimedia/CC/Allison Coe (photo recadrée)

Des cultures de Prochlorococcus (dans les deuxième et troisième tube à gauche).

Source : Wikimedia/CC/Allison Coe (photo recadrée)

Le phytoplancton, producteur d’oxygène

Les scientifiques sont formels : leurs expériences montrent que l’exposition au plastique peut « influencer la composition de la communauté marine de Prochlorococcus ». Le risque concerne plus largement le phytoplancton de l’océan, c’est-à-dire les végétaux qui vivent en suspension dans l’eau. Ils contribuent à la moitié de la production de l’oxygène par les plantes sur la Terre. La préservation de ces végétaux est primordiale, surtout lorsque l’on sait qu’ils peuvent s’adapter au changement climatique en accélérant le rythme auquel ils changent le CO2 en oxygène.

Pour vérifier leur hypothèse, les biologistes ont travaillé sur deux souches différentes de la bactérie Prochlorococcus, que l’on trouve dans les océans. Elles ont été exposées à des liquides issus de matières plastiques, comme le polyéthylène haute densité (PE-HD), utilisé pour produire des bouteilles de lait ou des flacons de médicaments, ainsi que le poly(chlorure de vinyle) ou PVC, qui peut servir dans la fabrication de vêtements.

Un exemple de plastique polluant les océans. // Source : Max Pixel/CC0 Domaine public (photo recadrée)

Un exemple de plastique polluant les océans.

Source : Max Pixel/CC0 Domaine public (photo recadrée)

La croissance des bactéries altérée

Résultat : la croissance des Prochlorococcus a été « altérée », constatent les chercheurs. Après 72 heures, les bactéries étaient moins nombreuses dans les deux souches analysées. Les plastiques ont aussi eu un impact sur la photosynthèse de ces organismes : les bactéries ont produit moins d’oxygène qu’auparavant. Des deux types de plastiques testés, c’est le PVC qui a le plus eu d’effets négatifs sur les bactéries.

Les auteurs ne font pas de lien entre les concentrations de ces plastiques dans les océans et celles choisies lors de l’expérience. Cependant, ils sont persuadés que « les organismes marins, y compris le Prochlorococcus, rencontreront de plus en plus de particules de plastique dans leur environnement ». Elles pourraient entraver l’activité de ces bactéries, notamment la photosynthèse, et mettre en péril le reste de la biodiversité. Alors que la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre vient de dépasser un nouveau record, les humains ont plus que jamais besoin des organismes capables de transformer le CO2 en oxygène s’ils veulent continuer à respirer.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !