Une baleine est décédée à cause de la pollution des océans. À l'intérieur de son corps, 40 kilos de matières plastiques s'étaient agglutinés. L'animal a probablement souffert pendant des mois.

40 kilos de plastique ont été retrouvés dans le ventre d’une baleine. L’animal a été découvert le 16 mars 2019, peu avant son décès. D’ Bone Collector Museum, le musée d’histoire naturelle de Davao, aux Philippines, a commencé à dresser la liste des matières qui s’étaient agglutinées dans le corps de l’animal.

16 sacs de riz, 4 sacs servant à la plantation des bananes et de nombreux sacs de shopping ont été avalés par le mammifère. « Cette baleine contenait plus de matières plastiques que nous avions jamais vu dans une baleine », s’affole le musée sur Facebook.

L’animal est mort d’avoir avalé 40 kilos de plastique. // Source : D’ Bone Collector Museum Inc. via Facebook

Son estomac était incroyablement dur

L’animal est une baleine de Cuvier, également connue sous le nom de baleine à bec d’oie. Cette espèce, caractérisée par sa petite tête, peuple la Méditerranée ou la mer du Japon. Les spécimens peuvent peser entre 5 et 7 tonnes. Ce mammifère détient le record de plongée en profondeur, à 2992 mètres et pendant 137 minutes en apnée.

Cette baleine a été repérée en train de vomir du sang par le Bureau des pêches et des ressources aquatiques, une agence du gouvernement philippin. Le biologiste marin Darell Blatchley a procédé à l’examen de l’animal. Son « estomac était aussi dur qu’une balle de baseball », a-t-il déclaré, cité par National Public Radio. D’après le spécialiste, l’impressionnante quantité de plastique avalée par la baleine signifie qu’elle a dû agoniser. Son supplice a probablement duré « des mois ou même une année, voire plus ».

La baleine a probablement souffert pendant des mois

Au cours des 10 dernières années, 61 baleines et dauphins ont été retrouvés dans le golfe de Davao. Ces animaux ont souffert de la pollution déversée dans l’océan Pacifique — 4 d’entre eux attendaient des petits.

L’équivalent d’un camion poubelle rempli de plastique est versé dans les océans chaque minute, rappelait Greenpeace en 2018. Certaines solutions envisagées pour lutter contre cette situation sont tout aussi gargantuesques. En attendant, les « continents de plastique » continuent de menacer la biodiversité abritée par les océans.

Crédit photo de la une : Flickr/CC/zoetnet (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux