La sonde New Horizons a photographié des cratères sur Charon, un satellite de Pluton, en 2015. Quatre ans plus tard, des chercheurs s'en sont servis pour faire une découverte susceptible de changer notre vision du système solaire.

« Une partie des objets de la ceinture de Kuiper a été préservée depuis la formation du système solaire », a énoncé une équipe de chercheurs américains et canadiens dans la revue Science, le 1er mars 2019,

Les scientifiques constatent un « déficit des petits objets » présents dans cette zone du système solaire en forme d’anneau, qui se trouve au-delà de l’orbite de Neptune. Comme l’expliquent les auteurs, les plus petits corps de cette ceinture sont des restes de la formation du système solaire.

Cette étude nous apprend que la plupart de ces objets de taille réduite ont probablement été « pratiquement inchangés au cours des 4 milliards d’années écoulées ou plus ».

Des cratères sur Charon. // Source : Southwest Research Institute

Une information logée dans les cratères de Charon

Comment les scientifiques ont-ils fait cette découverte ? Ils se sont intéressés aux cratères d’impacts présents sur la planète naine Pluton, plus grand membre connu de la ceinture de Kuiper, et Charon, son plus grand satellite naturel. Ces impacts sont entrainés par des collisions avec « la population de petits corps » présente dans la ceinture.

Étudier le volume et la distribution des cratères permet ainsi d’estimer la quantité de ces corps. En analysant un cliché de Charon (visible ci-dessus), les spécialistes ont découvert que les petits objets de la ceinture de Kuiper sont probablement moins nombreux que prévu.

Des objets de la ceinture de Kuiper. // Source : Flickr/CC/ESO/M. Kornmesser

L’image a été immortalisée par New Horizons

La sonde New Horizons, qui s’est récemment approchée d’Ultima Thulé, a permis aux scientifiques de faire cette découverte. En 2015, l’appareil a survolé Pluton et Charon. L’image immortalisée à cette occasion montre que les cratères d’impacts causés par des objets ayant un diamètre de 91 mètres à 1,6 kilomètre était rares sur Charon.

« Les plus petits objets de la ceinture de Kuiper sont beaucoup trop réduits pour être observés avec un télescope aussi éloigné  », explique la planétologue Kelsi N. Singer, chercheuse au Southwest Research Institute et co-autrice de l’étude. La sonde a permis de contourner cette difficulté.

Avec cette nouvelle information, les chercheurs continuent de s’interroger sur la formation et l’évolution de la ceinture de Kuiper. Ils la comparent notamment à la ceinture principale d’astéroïdes, qui se trouve entre Mars et Jupiter : la ceinture de Kuiper pourrait avoir connu moins de collisions susceptibles de désagréger ses corps célestes.

Partager sur les réseaux sociaux