Des visiteurs du Grand Canyon ont potentiellement été exposés à des radiations pendant 18 ans. Des barils contenant de l’uranium avaient été entreposés dans le musée du parc national.

Les visiteurs du Grand Canyon ont été exposés à des radiations pendant 18 années. Le 19 février 2019, le journal The Arizona Republic a dévoilé que de l’uranium était présent dans trois pots de peinture entreposés au sein du musée du parc national du Grand Canyon.

Les touristes et les employés du musée ont été exposés à ce métal lourd radioactif entre les années 2000 et 2018. Les autorités fédérales ont eu connaissance de la présence de ces pots et les ont retirés le 18 juin 2018. Cependant, les personnes travaillant sur place et les visiteurs (entre 800 et 1 000 par an) n’ont pas été mis au courant qu’ils avaient pu être exposés à des radiations.

Il a fallu attendre le 4 février pour qu’Elston Stephenson, responsable de la sécurité au parc national du Grand Canyon, adresse une lettre aux employés des lieux pour les avertir du potentiel danger auprès duquel ils ont travaillé. Il y explique que le manque de communication vient d’une « défaillance de la haute hiérarchie ».

Le rayonnement dépasse les limites de sécurité

Il ajoute que « les lectures de rayonnement, à première vue, dépassent les limites de sécurité de la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis ». Cette autorité de sureté nucléaire américaine a établi des règles de protection contre la radiation. Les personnes autorisées à exploiter de l’uranium ne doivent pas exposer le public à plus d’1 millisievert (mSv) par an. La règle est identique en France.

Que signifie cette mesure ? Le sievert, noté « Sv », permet « d’évaluer l’impact du rayonnement sur la matière vivante », comme l’explique l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN). C’est la « quantité de radioactivité absorbée par l’individu » qui prend en compte deux éléments : le rayonnement lui-même, ainsi que la sensibilité des différents organes du corps exposés à la radioactivité.

La situation qui s’est produite au Grand Canyon est peut-être moins dramatique que ce que l’on pourrait penser. La radioactivité des trois pots a été mesurée dans le minerais lui-même, et à l’endroit où il a été entreposé. En s’éloignant à 1 mètre 50 de cette zone, la radiation enregistrée est retombée à zéro.

« La probabilité que des personnes aient été exposées à des radiations sérieuses est faible », assure ainsi Kathryn Higlet, ingénierieure et spécialiste de la science nucléaire à l’université d’État de l’Oregon, interrogée par The Verge.

« Je n’y vois pas un risque pour la santé »

Cela n’empêche pas que les radiations émises par ces pots étaient très probablement anormales. « Je n’y vois pas un risque pour la santé. J’y vois des gens négligents qui ont fait des choses qu’ils n’auraient pas du faire », ajoute la spécialiste.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.