La sonde spatiale américaine OSIRIS-REx s'est placée en orbite autour de l'astéroïde Bénou. Au passage, elle a battu deux records.

OSIRIS-REx a conclu son année 2018 d’une bien belle manière : la sonde spatiale lancée par la NASA a réussi à se positionner correctement en orbite autour de Bénou, un astéroïde gravitant autour du Soleil. L’agence spatiale américaine a confirmé le lundi que 31 décembre que son engin, qui a quitté la Terre en septembre 2016, tourne désormais à bonne distance du petit corps spatial.

Au passage, la NASA a établi deux nouveaux records : OSIRIS-REx est devenue la toute première sonde au monde à orbiter autour d’un objet aussi petit — le diamètre de Bénou mesure environ 500 mètres — et d’aussi près. L’altitude séparant l’appareil du centre de Bénou n’est que de 1,75 kilomètre. Pour avoir un ordre d’idée, c’est plus haut que deux tours Burj Khalifa (qui est la plus haute du monde) empilées.

Gravité minuscule

Auparavant, le record d’altitude était détenu par Rosetta, la sonde spatiale fabriquée par l’Agence spatiale européenne. Celle-ci se trouve à près de 7 kilomètres du centre de la comète Tchouri. Il est à noter qu’il ne s’agit pas d’un concours : l’altitude à considérer pour orbite tient compte de l’attraction gravitationnelle exercée par le corps spatial et de la vitesse de déplacement de la sonde.

C’est ce qu’explique la NASA : cette distance est requise «  pour maintenir le vaisseau spatial verrouillé à Bénou, qui n’a qu’une force de gravité de 5 millionièmes de celle de la Terre ». Sinon, OSIRIS-REx de sortir de son orbite et de s’éloigner de l’astéroïde. Ce serait bien embêtant, car il est prévu justement de rester un petit moment à proximité, afin de mener à bien une mission de récupération d’échantillon.

Il faudra plusieurs années pour mener à bien cette opération. Jusqu’en juillet 2020 a lieu les phases d’analyse de l’astéroïde et de prélèvement d’échantillon.Ensuite, en 2021, la sonde va se désorbiter volontairement de Bénou — qui se trouve à 110 millions de km — et retourner vers la Terre. Elle doit se placer en orbite en septembre 2023 afin d’éjecter la capsule contenant les roches.

Partager sur les réseaux sociaux