L'université RMIT de Melbourne a conçu une police de caractères qui aiderait à mieux retenir ce que vous lisez. Elle est gratuite et disponible sous forme d'extension Chrome.

En lisant un texte écrit dans cette nouvelle police imaginée par l’Université RMIT (Melbourne, Australie), votre première réaction sera peut-être de la trouver illisible : ses lettres sont étrangement inclinées vers la gauche et sont toutes incomplètes. Pourtant, son design a été soigneusement réfléchi afin de vous aider à retenir plus facilement ce que vous lisez.

« Sans Forgetica est une police à télécharger, scientifiquement conçue pour vous aider à mémoriser vos notes de cours », explique l’université australienne sur le site présentant sa création. La police, utilisable sur Mac ou PC, a été mise au point en utilisant la psychologie cognitive, c’est à dire l’étude de la cognition (la connaissance, qui implique la mémoire, le raisonnement ou l’apprentissage).

Une extension Sans Forgetica

Les chercheurs du Behavourial Business Lab, l’équipe du RMIT qui adopte des approches psychologiques pour étudier la prise de décision, ont même créé une extension utilisable sur Chrome. Elle permet aux internautes de convertir les polices des sites qu’ils visitent en Sans Forgetica. Nous avons fait un test sur la page d’accueil de Numerama : voilà à quoi elle ressemble lorsque vous avez surligné le texte avec votre souris et activé l’extension.

Le site de Numerama avec l’extension Sans Forgetica sur Chrome. // Source : Capture d’écran Numerama

Dans une vidéo publié le 4 octobre 2018 sur YouTube, les créateurs de Sans Forgetica expliquent qu’il s’agit des « premiers caractères spécifiquement créés pour favoriser la rétention en mémoire ». Des chercheurs de différentes spécialités se sont accordés sur son design, inspiré du concept de la « difficulté désirable » (desirable difficulty).

La difficulté désirable

Cette méthode d’apprentissage a été imaginé par Robert Bjork en 1994. En 2009, il a expliqué en quoi le fait d’intégrer des « difficultés désirables » dans un contenu que l’on souhaite mémoriser contribue au processus de l’apprentissage. Pour être efficace, cette technique nécessite que la personne qui veut apprendre ait des « connaissances ou compétences de base » pour dépasser la difficulté qu’on lui impose. Si ce n’est pas le cas, la difficulté est qualifiée d’indésirable. Ici, il faut déjà connaître la police de caractère de l’alphabet latin.

Les caractères de la police Sans Forgetica. // Source : Capture d’écran Youtube de la chaîne RMIT University

En ôtant une partie de chacun des caractères et en les inclinant, la police Sans Forgetica fait exactement ça : elle oblige notre cerveau à faire un effort pour contourner la difficulté désirable, afin de reconstituer le mot que nous connaissons. « Un obstacle est ajouté au processus d’apprentissage afin de favoriser un processus cognitif profond », explique Jo Peryman, professeure d’économie au sein de l’université RMIT, qui a pris part à la création de cette police de caractères.

Le back slant, ou l’inclinaison vers la gauche

Le typographe australien Stephen Banham a apporté son aide à la création de Sans Forgetica. Il est le créateur du studio Letterbox spécialisé dans la typographie et a obtenu un diplôme de communication visuelle au sein de l’université RMIT en 1988.

« Même si nous sommes habitué à voir de l’italique penché vers la droite, il est plus inhabituel d’avoir un back slant [ndlr : un renversement vers la gauche]. Ils sont seulement utilisés dans les cartes pour indiquer la position des fleuves, c’est une voix typographique très spécifique et peu habituelle », précise le spécialiste.

Vous savez désormais comment faire la prochaine fois que vous souhaitez mémoriser un article que vous lirez en ligne (sur Numerama, par exemple) : l’ouvrir en activant l’extension Chrome Sans Forgetica.

Partager sur les réseaux sociaux