Le réchauffement climatique ne nuit pas seulement à notre santé physique : il pourrait aussi détériorer notre santé mentale s'il n'est pas contenu. Une étude vient d'établir que la fréquence des troubles mentaux est aggravée par la hausse des températures.

« Le changement climatique risque de nuire à une bonne santé mentale — un aspect essentiel de la santé humaine  » : des chercheurs du MIT Media Lab, du centre médical Bedford Affairs et du Laureate Institute for Brain Research sont parvenus à cette conclusion dans une étude publiée le 8 octobre 2018 dans la revue PNAS.

Alors que l’ONU vient de souligner qu’un demi-degré supplémentaire risque d’être fatal à l’humanité, ces quatre universitaires se sont penchés sur les risques que le réchauffement climatique fait peser sur la santé mentale des êtres humains. Ils affirment qu’une exposition à des températures élevées, même de court terme, ainsi qu’à des cyclones tropicaux peut dégrader notre santé mentale.

Le bien-être humain menacé

« Si nous ne pouvons pas contrôler la hausse de la température mondiale à plus de 2°C, les impacts sur le bien-être humain et sur la santé mentale, pourraient être catastrophiques », assure Nick Obravich du MIT Media Lab et l’un des auteurs de l’étude à Inverse.

Si vous tenez à votre bien-être, commencez peut-être à agir pour l’environnement. // Source : MaxPixel/CC0 Domaine public (photo recadrée)

Pour nous alerter sur les dangers de l’élévation des températures ambiantes, les chercheurs ont analysé une base de données sur la santé mentale de 2 millions de citoyens américains, enregistrées entre 2002 et 2012 à l’occasion d’enquêtes démographiques et de santé (« Behavorial Risk Factor Surveillance System »). Elles ont été mises en relation avec des informations climatiques et météorologiques recueillies dans le même laps de temps.

« Nous constatons que le passage de températures mensuelles comprises entre 25°C et 30°C à plus de 30°C augmente la probabilité de développer des problèmes de santé mentale à 0,5 %, et qu’un degré Celsius de réchauffement sur 5 années est associé à une hausse de 2 % dans la fréquence des problèmes de santé mentale », écrivent les auteurs. Ils ajoutent que « l’exposition à l’ouragan Katrina a été associée à une augmentation de 4 % de ce score. »

Si les conditions climatiques se dégradent, nous pourrions avoir davantage de troubles mentaux. // Source : Flickr/CC/MAVERICK PHOTO AGENCY

Traumatismes psychologiques

Ces chercheurs ne sont pas les premiers à constater les liens étroits entre le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles et la santé humaine : ces changements peuvent être « à l’origine de blessures physiques, de traumatismes psychologiques […] et de bouleversements sociaux. »

Pourtant, il reste difficile d’établir le véritable impact de ces événements sur les populations : les précédents travaux sont restés limités localement, ou se sont bornés aux effets les plus graves sur le bien-être psychique.

Stress, dépression et problèmes liés aux émotions

Dans les enquêtes démographiques mises en relations avec les données climatiques, les personnes sondées avaient du répondre à une question pour estimer pendant combien de jour leur santé mentale avait été mauvaise lors du mois précédent : « le stress, la dépression ou les problèmes liés aux émotions » étaient considérés comme des manifestations de problèmes mentaux.

« Les augmentations exogènes de la température mensuelle et des jours de précipitation supplémentaire amplifient la probabilité d’avoir des problèmes de santé mentale en un mois », confirment les chercheurs. Ils invitent néanmoins à nuancer leur découverte, en insistant sur la nécessité de mener d’autres études tenant compte de « la nature et de la gravité des symptômes de santé mentale propre à chaque individu. »

Partager sur les réseaux sociaux